Archive pour la catégorie 'Street art'

LUSH

Lundi 29 août 2011

Mauvais goût + porno + graffiti, un beau tiercé gagnant a mon avis. Exemple décoiffant  avec ce graffer de Melbourne qui ne respecte rien et surtout pas le milieu du graffiti dont il aime se moquer dans ses vidéos très drôles. Dans certaines œuvres il parodie Space invader ou Bansky. Son art est vulgaire, irrévérencieux mais drôle. Il ne se prend pas au sérieux ça c’est sur. Il aime étaler l’obscénité sur les murs de la cité. Une provocation trash qui pourrait le rapprocher par son outrance et son coté primitif des gens du dernier cri mais avec une esthétique plus actuelle .

La page flickr de Lush ici

Yassine

CAP

Lundi 22 août 2011

République tchèque encore, mais dans un autre genre. Il y a quelques mois de ça Grégol & Poluar nous parlaient des graffiti ruraux. Ici. Voici quelque chose de très proche. Sauf qu’ici le mauvais goût et la maladresse sont des parti pris flagrant, clairement assumés. Crew against people est un collectif de graffers apparus à Prague en 2005. Ils revendiquent une approche du graffiti primitif et sérieusement régressif. Ils s’inspirent des des pionniers new-yorkais du genre dont ils veulent conserver l’urgence et la naïveté. Mais 30 ans après leur approche du dessin est plus moderne. Entre graffiti et dessin contemporain, leur lettrages sont étonnants, bizarres, imprévisibles et souvent drôles.

Apparemment leur travail ne laisse pas indifférent et a énervé plus d’un graffer dans le milieu. Ces derniers ne goutaient certainement pas le coté “mal fait” de leur art. Gauche, certes mais aussi très expressif. C’est l’association des deux qui en fait tout l’intérêt, c’est ce qui est beau dans leur démarche. Une approche iconoclaste mais avant tout ludique. On sent qu’il s’amuse a peindre des choses improbables avec ce style malhabile. Mais n’est-ce pas l’essence même du graffiti depuis toujours. Quelque chose de tous sauf respectable, parfois revendicatif , ou un peu désespéré, voire tout simplement amusant.

Je ne sais pas quel est leur statut dans le milieu du graffiti. Mais je trouve leur production rafraîchissante et drôle. Leur irrévérence me fait penser à Moolinex. Des messages, absurdes, impertinents à milles lieux du pompiérisme et des messages convenus et moralisateur de certaines stars du street art.

J’ai découvert leur travail dans un livre excellent qui montre leurs pièces les plus importantes. Vous pouvez allez voir leur travail sur leur site. Mais a mon avis ce dernier est un peu décevant par rapport à l’impression que donne ce livre très chaudement recommandé.

CAP
autoédition – 18 euros

crewagainstpeople.org

Yassine

IMAGES DE LA SEMAINE – 110

Vendredi 25 février 2011

Une peinture signé Zbiok. Un artiste polonais qui vient du street art

Sa page flickr

Yassine

GROUIK

Jeudi 24 février 2011

Grouik est une série pour enfant qui vient de sortir chez Glénat. Elle est signée Kaze dolemite. Un auteur apparu dans les années 9O dans Jade. Une Revue qui était diffusée en kiosque à cette l’époque. Kaze Dolemite est influencé par un style cartoon rétro années 50, très en vogue à l’époque grâce au séries* star de la chaine américaine Cartoon Network. Il va mélanger cette esthétique avec des influences Hip-hop, naturelles chez Lui. En effet il vient du graffiti. À travers son dessin il fait une synthèse très réussie de ces deux styles populaires. On pourrait résumer son style par l’étiquette” street art cartoon”. Même si c’est un peu réducteur.

Cet album propose des gag courts sur le modèle de la famille au quotidien, façon Boule et Bill. Évidemment il s’agit d’une version un peu bizarre de ce schéma car Grouik est un cochon adopté. L’univers est fantaisiste et n’as pas peur de montrer des personnages un peu fous. Comme le surveillant du collège à l’allure de Jason, le tueur de la série de films Vendredi 13. La série multiplie aussi les références à une culture de musique noire : Funk, Blaxploitation** et Rap. Elle est truffée de clins d’œil qui amuseront l’amateur de son “groovy” 70′s / 80′s. À la fin il propose même une “playlist” de toutes ses références présentes dans l’album. Elle peut servir d’introduction à son univers musical qui n’est pas exempt de fantaisie lui non plus. J’en veux pour exemple ce titre que j’aime beaucoup.

Jean Yanne / Michel Magne – Superchic Génial (1973)

Un Hommage à James Brown extrait du film “Moi y’en a vouloir des sous”. Un des morceaux qui fait parti de cette playlist qu’on peut écouter sur le blog de Grouik.

A l’heure actuelle, je trouve que dans la BD l’offre en direction des jeunes lecteurs est assez pauvre et ce depuis une vingtaine d’année. Si on oublie la parenthèse “Capsule cosmique”. Les nouvelles générations d’auteurs on plutôt envie de faire autre chose. Rien d’étonnant quand on constate l’évolution de la bd depuis le début des années 90. Ils préfèrent se tourner vers un propos plus adulte puisque c’est très admis désormais. Je trouve donc très agréable de lire un livre personnel mais qui s’adresse vraiment aux enfants tout en n’ayant pas peur de mettre en avant des références qui pourrait paraître désuètes. Elle sont amenés avec une certaine tendresse et qui communiquent un état d’esprit doux et fantaisiste. Un album pour les enfants qui sort du lot. C’est d’autant plus appréciable que c’est au sein de l’écurie Tchô qui elle est très formatée.

grouikos.blogspot.com

GROUIK de Kaze Dolemite
Glénat – 9,95 euros

Yassine

-

* Le laboratoire de Dexter, Les supers nanas
** Dolemite fait référence au film éponyme de ce genre.

IMAGES DE LA SEMAINE – 104

Lundi 27 décembre 2010

Une belle fresque signée Briar Bonifacio. J’aime bien travail très simple de cet artiste américain. C’est un mélange assez réussi entre illustration et street art ce qui n’est pas si fréquent que ça dans ce milieu ou l’art pompier est monnaie courante.

Yassine

LES INVITÉS DU MOIS : LE GRAFFITI RURAL PAR GREGOL & POLUAR

Jeudi 21 octobre 2010

Grégol et Poluar: Bonjour les amis!

Poluar: Alors aujourd’hui nous allons vous parler de..
Grégol: graffitiiiii !!

Poluar: Ah oui Grégol, mais pas n’importe lequel.

Professeur Poluar: Laissez nous vous introduire dans le monde étrange et enivrant du graffiti primitif campagnard. Il n’est pas si éloigné de son cousin urbain, mais ce dernier reste plus directement influencé par ses aînés. L”homme des champs, lui, évolue loin de toutes sphères d’influence. Mais c’est le cas plus précis du graffiti débutant qui nous intéresse ici.

Professeur Grégol: Dans le jargon du graffeur, on appelle cela, du “graffiti de toy”.

Professeur Poluar: Mais, professeur Grégol, a quoi reconnaît on un graffiti de ” toy “.

Professeur Grégol: Mon cher Poluar, c’est bien simple. Tout d’abord, nous pouvons nous attarder sur la signature, ou, comme il se dit dans le milieu “le blaz” (ou zeubla). Généralement, elle est influencée par le vocabulaire du “hip hop” (musique et style de vie urbain), mais aussi par la drogue (qui n’est pas tres loin du “hip hop”), et les cultures exotiques.
Exemples: Nombre de dérivation autour de NTM, sniper, lascar, said, kaira, kiffeur, splif, benz, weed, ganja warrior.
Le message possède souvent une forte portée politique. On y prône souvent la dépénalisation des drogues douces, la démobilisation de la garde nationale, ainsi que deuhor lé bounioul. On notera aussi un régionalisme récurent qui tend à préciser systématiquement le département associé à l’artiste. (et club de foot si il y a). Exemple: spliff 62 n’a pas de lien de parenté avec spliff 27.

Professeur Poluar: Pour ce qui est de l’oeuvre, on peut mettre en exergue un nihilisme chromatique associé à une anarchie formelle. La gestuelle est elle, bien souvent à l image de l’état d’alcoolémie de leurs auteurs. Chez nous, on boit tôt.

Professeur Grégol: D’un point de vue publicitaire, notons qu’a l’inverse de leurs aînés, on dénote un certain attrait pour les petites pièces, toutefois lié à une économie de moyen. Les bombes sont souvent de mauvaises qualités et de la même couleur que la mobylette du cousin.

Professeur Poluar: Mais trop de discours mon cher Grégol. Passons tout de suite aux diapositives.
Clic.

Notez la contradiction évidente, caractéristique de l’humour acerbe et absurde de l’auteur. Un “street” dans la “forest”.
clic.

Un graffiti nettement plus influencé new yorkais. Le sujet dispose de toute évidence d’un accès à internet.
clic.

De toute évidence son auteur nous invite à un questionnement. Quel est donc ce carré au dessus du “beuz”.
clic.

Un travail brutal, et sans fioritures, basé sur la superposition.
clic.

Un auteur manifestement au chômage et qui le revendique fièrement en ne montrant aucun respect pour ses aînés. “Chomeur? ne recule devant rien et repasse même les mastodontes du graffiti. Chapeau. Clic.

Le cas peu courant d’un travail de commande. L’œuvre n’a pour une fois pas été exécuté dans la hâte, et leurs auteurs ont pu placer un petit décor sympathique. A noter, la présence de petits champignons, éléments récurrents dans le style. Clic.

Et pour finir, ces œuvres provenant toutes du même pont, que mon cher acolyte Gregol a pu avoir la joie de découvrir au gré d’une sympathique petite promenade champêtre. Imaginez l’ampleur de sa stupéfaction lorsqu’il tomba nez à nez face à ce “wall of fame”.
Ce travail, manifestement d’un gang organisé, est la synthèse de tout ce que l’on peut trouver de meilleur dans le graffiti rural.

Grégol et Poluar: Sans le vouloir, ces jeunes graffeurs en herbes, qui ont mal (ou bien, selon le point de vue) digérés leurs influences, sont une de nos principales sources d’inspiration. Et la on dit

Professeur Gregol et Poluar

Voila, c’est fini.

Si ca vous a plus, allez donc faire un tour sur ce blog, véritable petite mine d’or. http://www.fotolog.com/cr4ck1sm/

Big up à tous les guerriers du xeubron et aux jeunes graffeurs débutants qui restent 100 fois plus inspirants et respectables que leurs prétentieux grands frères.

Peace la mifa, nos gonzesses et tous les potos.

Bisous

Prochain invité : Icinori

IMAGE – 02 – ZOSEN + REMED

Lundi 23 juin 2008

Zosen

Remed

Yassine

REMED

Lundi 26 mars 2007

Image Hosted by ImageShack.us

Comme je vous disais au début de ce blog, il y a certains artistes dont on ne trouve des traces que sur my space. C’est le cas avec Remed. Peintre avant tout, il s’exprime en grand en investissant les murs des ses compositions colorées. On peut voir sur sa page quelques images qui donne un petit avant goût de son travail. Mais on aimerait pouvoir en voir plus.

Image Hosted by ImageShack.us

myspace.com/remed

Yassine

JEREMYVILLE SESSIONS

Vendredi 9 mars 2007

Image Hosted by ImageShack.us

Si vous ne connaissez pas encore l’univers foisonnant de ce dessinateur australien. Véritable star dans le milieu des toys et omniprésent dans les livres d’illustration actuelle.

Voilà une bonne occasion de découvrir son travail dans cet ouvrage.
Ce livre “Jeremyville sessions” est le compte rendu de ces collaborations avec des artistes du monde entier.

www.jeremyville.com

Yassine