Archive pour la catégorie 'Rétro'

LE GRATIN – 018 – LE SALON DE L’ARAIGNÉE

Dimanche 24 novembre 2013

Dessin de Lucien Boucher

Télécharger le podcast

Voir l’émission sur la page de Radio Campus Paris

La parution du livre “le salon de l’araignée” est l’occasion d’évoquer ce salon méconnu synonyme du renouveau créatif des années folles. Crée en 1920 par Gus Bofa cet évènement “underground” fût réellement en prise avec son époque et a montré sur ces cimaise des dessinateurs/illustrateurs importants qui ont fait parti d’un âge d’or de l’édition du livre illustré. Un pan entier de l’histoire graphique balayé par la crise de 29 et la deuxième guerre mondiale. Un patrimoine riche qu’on redécouvre grâce au travail éditorial de nos invités.

MES INVITÉS

MICHEL LAGARDE

Agent d’illustration, galeriste et éditeur, Michel Lagarde s’est toujours passionné par l’illustration sous tous ses formes. Depuis quelques années il a entrepris d’édité les illustrateurs de cette période féconde de l’illustration à laquelle il s’intéresse depuis 15 ans.

EMMANUEL POLLAUD-DULIAN

Auteur principale des livres de référence sur cette période de l’illustration. Connaisseur et défenseur actif de cette période des années folle qui le passionne.

GÉRALDINE MÉO

Jeune graphiste, elle a travaillé sur les 3 livres reliés au Salon de l’Araignée. Depuis elle se passionne pour l’illustration ancienne.

- – - – - – - -

Voici quelques images des dessinateurs évoqués dans l’émission :

GUS BOFA ( 1883-1968)

CHARLES MARTIN ( 1848 – 1934)

Deux dessins extrait de “Sous les pots de fleur” – 1917

Couverture et deux dessins extrait de “Sports et divertissements” – 1914

CHAS LABORDE ( 1886 – 1941)

LUCIEN BOUCHER (1889 – 1971)

ANDRÉ DIGNIMONT ( 1891 – 1965)

JEAN-ÉMILE LABOUREUR ( 1877 – 1943)

LUCIEN LAFORGE (1889 – 1952)

GEORGES BEUVILLE ( 1902 – 1982)

Cet illustrateur n’a pas fait parti du salon de L’Araignée, c’est plus un descendant de la génération du salon.

- – - – - – - -

LE SALON DE L’ARAIGNÉE d’Emmanuel Pollaud-Dulian
Éditions Michel Lagarde – 35 euros

GUS BOFA – L’ENCHANTEUR DÉSENCHANTÉ d’Emmanuel Pollaud-Dulian
CORNÉLIUS – 55 euros

CHAS LABORDE – UN HOMME DANS LA FOULE d’Emmanuel Pollaud-Dulian
Éditions Michel Lagarde – 19 euros

CHARLES MARTIN – FÉÉRIE POUR UNE GRANDE GUERRE d’Emmanuel Pollaud-Dulian
Éditions Michel Lagarde – 16 euros

- – - – - – - -

Dimanche 24 novembre 2013

Émission produite par Yassine avec la collaboration de Antoine Cadou.

- – - – - – - -

Musique

- Générique : Kostas Bezos – Ta Aspra Poulia Sta Vouna (Grèce – 1936)

- Ouvrard – Amour et TSF (France)

- Erik Satie – Le réveil de la mariée, Le carnaval, Le golf, La pieuvre, Les courses , Les 4 coins ( France – 1914)
Extrait de “Sport et divertisement” – Piano par Benedikt Koehlen

- Dranem – Encore Cinquante Centimes (France – 1931)

- – - – - – - -

Toujours plus d’info et d’image sur l’illustration ancienne sur cet excellent blog tenu Par michel Lagarde.

magalerieaparis.wordpress.com

michellagarde.fr

LE SALON DE L’ARAIGNÉE

Mercredi 13 novembre 2013

14 nov. — 31 jan.

Gouache de Lucien Boucher

En attendant une émission du Gratin qui sera diffusé dimanche 25 novembre sur Radio campus Paris, je vous annonce ce soir le vernissage de l’expo consacrée au Salon de L’Araignée. Un salon du dessin créer Par Gus Bofa en 1920 et qui dura 10 ans. Salon où furent exposés parmi les meilleurs illustrateurs de l’entre-deux-guerres.

Cette expo accompagne la sortie d’un livre éponyme dont on parlera en détail dans l’émission.

Dessin de Lucien Laforge

Venez nombreux pour admirer les originaux et les somptueux ouvrage d’époque.

Vernissage : Mer. 13 nov. — 18h30

GALERIE MICHEL LAGARDE
13 rue Bouchardon – Paris 10
M° Strasbourg-Saint-Denis

michellagarde.fr

Yassine

RUTH KNORR (1927 – 1978) – 02

Mercredi 25 septembre 2013

Pour faire écho au travail de Wagenbreth voici un post dédié à cette grande illustratrice d’ex-allemagne de l’est. J’ai déjà évoquée son travail ici. Wagenbreth m’a confié qu’il avait découvert ses illustrations lors de ses études d’art et qu’il avait été impressionné par son travail. Elle fait donc parti de ses influences. On comprend ainsi que Wagenbreth se situe dans une tradition de l’image typiquement allemande, qui est mélangée avec d’autres influences, françaises et américaines notamment.

Les images qui suivent sont des scans d’ouvrage que j’ai eu la chance d’acheter  dans des boutique de livres d’occasion à Leipzig.

Illustrations extraites de ” Ratsch und ade ! ”
Hinstorff Verlag – 1975

Illustrations extraites de ” Merkwürdige lebensgeschichte Sr. Majestät Abraham Tonelli” de Ludwick Tieck
Verlag de antion Berlin – 1983

Illustrations extraites de ” Der Maüseturn” de Jurij Brezan
Verlag Neues Leben – 1970

Illustrations extraites de ” Die Verzauberte Hirschkuh” de Jurij Brezan
Der Kinderbuchverlag – 1978

Plus d’info, en allemand, ici

Yassine
Yassine

BD – 035 – HENRI MONIER

Lundi 29 avril 2013

J’ai déjà évoqué il y a quelques temps sur ce blog ce dessinateur français que j’aime beaucoup. Voir ici.

Je savais qu’il avait fait un peu de BD mais j’avais jamais eu l’occasion de voir des planches entières. Voici 2 chouette gags extraits d’un portfolio qui s’appelle “sans ticket” qui contient bd ete dessin a propos du rationnement et des privations pendant l’occupation.

Yassine

Merci à Michel Lagarde qui m’a envoyé ces pages.

GRANDVILLE – LES FLEURS ANIMÉES

Samedi 4 juin 2011

Grandville (1803 – 1847) aimait humaniser toutes sortes de choses, animaux, végétaux, objets. Habile dessinateur c’est toujours avec des trait fins et précis qu’il leurs donnent vie. Son univers fantaisiste est rendu tangible par cette science du dessin servi par un style élégant, jamais virtuose, ni démonstratif. Je ne suis pas un spécialiste de son travail, mais je suis tombé sur un de ses livres “les fleurs animés”, que je trouve très beau et que j’avais envie de vous faire découvrir. Voici quelques pages de cet ouvrage aussi original que réussi.

L’intégralité des 2 volumes est reproduit  ici

Plus d’info sur Grandville ici

ERNST HAECKEL (1834-1919)

Samedi 17 juillet 2010

Ernst Haeckel est connu dans le monde scientifique pour avoir fait connaître en Allemagne les théories de Darwin et avoir développé une théorie sur l’origine de l’homme. Il est aussi, et c’est là que ça nous intéresse, un grand spécialiste des organismes marins qu’il a référencé en grand nombre.

Étant dessinateur, il a représente lui même ses trouvailles dans des planches remarquables. Les espèces qu’il dessine nous sont souvent inconnus. On ne peut que être frappé par leur beauté et leur étrangeté.

Ses images ont des qualités plastiques évidentes mais qui sont fréquentes dans ce genre de planches d’observation scientifiques. Si elles se distinguent de la plupart c’est grâce un sens de la composition différent : Une belle utilisation de la symétrie et aussi l’utilisation de gammes de couleurs limitées. Certaines planches son presque abstraites, comme des motifs sophistiqués.
Ernst Haeckel a su tirer parti de l’aspect formel de ses organismes pour produire une œuvre graphique riche et puissante.

Plus d’images ici.

Plus d’infos scientifiques ici

Merci à Kitty pour cette belle découverte

Yassine

CHAS LABORDE (1886-1941)

Mercredi 19 mai 2010

du 20 mai au 17 juillet

Un ouvrage entièrement consacré à cet excellent dessinateur de l’entre-deux guerres sort aux éditions Michel Lagarde. L’exhumation de trésors graphiques connus essentiellement d’un public très averti. Ce dessinateur pris part de très près à une mode de l’édition de luxe dans les années 20. Des textes littéraires illustrés, vendus en tirages limités à des bibliophiles. Puis des portfolios à tirages encore plus réduits. Des objets chics pour les connaisseurs de l’époque, qui se vendent maintenant assez cher dans des cercles de spécialistes.

Une des grandes caractéristiques de son travail, mis en avant dans ce livre est son regard sur les villes. Il se rendait à la demande de journaux ou d’éditeurs dans de grandes villes : Moscou, Madrid, New York, Londres. Résidant à chaque fois plusieurs semaines voir plusieurs mois, il arpentait les rues, fréquentant toutes sortes de lieux dans des quartiers aussi bien chic que populaires. En immersion totale dans la foule il se faisait l’observateur invisible de la société.

Son art est un témoignage en image. Des images d’une grande finesse. Les détails des visages des habits, des postures en disent long sur l’esprit de l’époque. Entre reportage et illustration, il saisit l’air du temps en y apportant un commentaire subtil distancié. C’est d’ailleurs intéressant de voir qu’on édite un livre sur son travail quand on voit actuellement l’intérêt porté aux reportages en image et surtout en bd tel que ceux de Joe Sacco. L’approche n’est pas la même mais ce livre se fait aussi l’écho de ces pratiques contemporaines.

Chas Laborde prétend qu’il est dessine vite parce qu’il est paresseux. Sans doute est-ce pour ça que son trait est si vif, on sent le geste de la main qui donne vie aux figures qui peuplent ses images. Doté d’une grande acuité visuelle, il saisit au cours de ses longues promenades les attitudes des citadins. C’est seulement après dans son atelier qu’il crée ses images complexes. Ses compositions sont avant tous basées sur un assemblage de différents dessins d’observation. Ainsi il ne perd rien de la vitalité des croquis et garde la précision de la réalité. Son dessin libre, loin de tout réalisme ennuyeux, stylise avec élégance, déforme les visages et les corps pour les rendre plus expressif. Il caricature mais à peine. C’est sa façon, subtile, d’exprimer son point de vue sur cette société qu’il juge avec dureté. Il faut préciser qu’au travers de ses pérégrinations, il s’est retrouvé dans le tumulte de certains événements historiques, le début de la guerre civile à Madrid ou la montée du nazisme à Berlin.

Emmanuel Pollaud-Dullian l’auteur de cet ouvrage est un spécialiste de l’illustration de cette époque et notamment de Gus Bofa. Il livre ici une introduction formidable à l’univers de Chas Laborde. Le livre est riche et présente de jolie façon le travail de cet illustrateur. Trop exhaustif il aurait sans doute été trop imposant et trop cher. Ainsi on garde une part de mystère qui donne envie d’en découvrir plus.

A l’occasion de la sortie de ce livre, une exposition est organisée où on pourra découvrir quelques originaux et des tirages d’époques des portfolios “Rues et visages de …”

Vernissage Jeudi 20 Mai à 18h30

L’atelier André Girard
7 rue campagne première – Paris 14
M°Raspail

CHAS LABORDE – UN HOMME DANS LA FOULE d’Emmanuel Pollaud Dullian
Michel Lagarde – 19 euros

www.chaslaborde.com

Merci à Michel & Géraldine

Yassine

GOLDEN GEMS

Mercredi 6 mai 2009


Image de Richard Scarry

Ce site est une vrai mine d’or. Il proposent des livres entiers scannés qui concerne tout un âge d’or de l’illustration jeunesse. Les images peuvent être agrandies et on peut donc en apprécier les moindres détails. Un travail d’archivage unique.

On retrouve quelques grands noms de l’illustration tel que Richard Scarry , J.P. Miller, Alice & martin Provensen, Mary Blair. Mais aussi des illustrateurs inconnus car ce site propose avant tout un choix assez impeccable de livre aux belles images.


Image d’Alice & martin Provensen

goldengems.blogspot.com

Merci Vincent pour le tuyau.

Yassine

L’IMAGE DE LA SEMAINE – 016

Lundi 6 octobre 2008

Dessins anatomiques perses

Yassine

LES BD COQUINES PAR CHRISTIAN AUBRUN

Mercredi 24 septembre 2008

Je suis un inconditionnel des vide-grenier depuis des années. Je fouine dans les rebuts pour y découvrir des trésors insoupçonnés et je glane des quantités de petites merdouilles, cela me permet de constituer des collections improbables et désuètes. Depuis quelques temps, j’ai découvert les bandes dessinées dites de “petits formats” chez Elvifrance et les BD de gare “réservés aux adultes”.

Je les dégote chez les particuliers, de bon matin, sur les stands craspouilles derrière des cassettes VHS de Traci Lords, parfois même de Jeff Striker, encore plus souvent sous une collection complète de Militaria ! Elles sont assez dures à dénicher, mais j’ai un vrai œil de lynx.

Ces couvertures étranges me captivent. Les couleurs bien pétards et le choix des grosses typos maladroites faîtes à la main m’émerveillent. C’est bancal à souhait et pourtant on devine une grande application dans toute cette maladresse. Souvent, le titre est balancé sur l’illustration dans la tronche des personnages, du vrai travail par dessus l’épaule ! Franco de porc !

C’est cette fraîcheur gauche que je recherche dans mon travail personnel de dessinateur, cette spontanéité de ceux qui ne savent pas tenir un crayon. Aucune trace d’automatisme graphique ni de savoir-faire tape à l’œil. La difficulté pour moi consiste à oublier mes bases de dessin académique héritées des Beaux Arts. Lorsque je dessine, j’essaye de faire le vide pour retrouver une certaine naïveté et mettre en évidence un humour primesautier. Bien souvent, je ne sais pas vraiment ce qu’il va advenir, je suis comme transporté par le trait. Je suis constamment en danger, c’est très excitant. Le résultat est souvent troublant…  avec le recul, cela ressemble à une petite séance d’auto-analyse !

Je suis sensible à ces petits ouvrages pas très catholiques et bien salaces.
Regardez bien l’illustration de couverture de SEX PARTY, Magritte, Dali et Max Ernst peuvent aller se rhabiller!
Qui est ce mystérieux J. David qui signe cette petite perle de surréalisme? Pourquoi cette tête-de-mort-mèche-blonde avec porte cigarette crâneur? GENIAL! Je vous le dis tout de suite, l’intérieur n’a aucun rapport avec cette merveille.

D’ailleurs, c’est toujours le cas pour ce genre de revues exclusivement réservées aux adultes. Excitation, fascination pour le visuel de couverture et ensuite grosse déception à la découverte du contenu de l’ouvrage prohibé… SAUF! Sauf, pour EROS NEGRO!!!  Qui réunit pour moi tous mes désirs : une couverture de très grande facture, un vrai concentré de maladresses potaches dans la réalisation des personnages! Un titre et une typo sublime d’impureté! Une bande dessinée à faire péter la baraque, bourrée de queutards malpropres avec des dialogues de bourrins sans pudeur! De la haute voltige sans filet !

Cette gaudriole pas bien sage m’inspire et vient se mêler aux dessins de mes carnets intimes, des crobards éroticos-rigolos qui décrivent des petits instants lubriques vécus avec mes proches dans des soirées parisiennes, ou encore des jeunes femmes bien mignonnes montées sur bicyclette…des trucs qui m’excitent ! Il y a quelques temps ce travail est sorti de la confidence, et depuis ça m’a énormément décomplexé et libéré. À présent j’y vais A FOND LES BALLONS !

Christian Aubrun

Merci Christian pour cet exposé jubilatoire.

Pour aprofondir cet univers voilà le site le plus complet sur ces bd petit formats.
Une mine d’or !!!

Prochain l’invité : Romain Dutreix.

Yassine