Archive pour la catégorie 'Livre'

LE GRATIN – 22 – L’AFFICHE CUBAINE

Dimanche 13 avril 2014

Affiche d’Antonio Roboiro


Télécharger le podcast


Télécharger le Bonus

Voir l’émission sur le site de Radio Campus Paris

Mon invité Régis léger, spécialiste du sujet, nous raconte trois histoires : sa quête à la recherche de ses affiches, L’histoire de cette culture graphique plus que centenaire et en filigrane l’histoire de cette île au destin particulier. Ses Trois histoire qui sont consignées dans son livre : Cuba Graphica qui retrace plus de 100 ans d’histoire de l’affiche de ce pays.

MON INVITÉ

RÉGIS LÉGER

Graphiste officiant sous le nom de Dugudus, il se passionne très jeune pour Cuba et sa propagande. Au cours d’un séjour en tant qu’étudiant à la Havane il entreprend de mieux connaitre cet art de l’affiche cubaine. Mission compliqué tant le soucis de conserver ce patrimoine n’est pas du tout quelque chose de naturel sur l’île. Plusieurs mois de recherche et de patiente aboutirons à ce beau projet de livre.

dugudus.fr

AFFICHES

RENÉ AZCUY

EDUARDO MUÑOZ BACHS

ASÉLA PEREZ

FAUSTINO PEREZ

ANTONIO FERNANDEZ REBOIRO

ANTONIO PEREZ NIKO

ERNESTO PADRON

LAZARO ABREU

HELENA SERRANO

EUFEMIA ÀLVAREZ

Plus d’affiches encore ici et

- – - – - – - – - – - – - – - – - – - – - – - – - – - – - – - – - – - -

CUBA GRAPHICA de Régis Léger
L’échapée – 34 euros

lechappee.org

- – - – - – - -

Dim. 13 Avril 2014

Émission produite par Yassine avec la collaboration d’Antoine Cadou.

- – - – - – - -

Musique

- Générique : Kostas Bezos – Ta Aspra Poulia Sta Vouna (Grèce – 1936)

- Lecuona cuban boys – Tabou ( Cuba – années 30 – Columbia )

- Perez pardo – Cayitano ( Cuba – 1967 – United artists records )

- Los Zafiros – Bossa Cubana ( Cuba – 1961 – Areito )

- – - – - – - -

CHRISTIAN AUBRUN

Mardi 4 février 2014

Christian Aubrun est un habitué de ce blog. C’est presque inutile de le présenter, mais tout de même: Dessinateur issu du milieu de l’illustration jeunesse, il s’est depuis consacré à une production d’image étonnantes, aussi sexuelles que biscornues. Des dessins assez fous à l’esthétique très personnel, entre illustration jeunesse et estampe érotique. La greffe réussi de deux monde si éloigné habituellement.

Il y a quelque temps il m’avait part de son envie de faire un fanzine avec une série de dessins en noir et blanc. Je lui proposait alors de l’éditer avec L’articho ? Je me doutait que Chamo accueillerai l’idée avec enthousiasme. On a pas mis longtemps a se décider, un peu plus a faire le livre. Un emploi du temps chaotique a un peu retardé sa sortie. Mais le voilà qui sort officiellement.

Indépendamment de mes relation amicales avec lui, je le considère Christian Aubrun comme un dessinateur, important. Inclassable, unique, ses productions me surprennent souvent et je suis donc ravi d’ajouter cette opus au catalogue de l’Articho.

LANCEMENT

Pour fêter ce recueil de dessin rendez vous ce soir pour un petit pot de lancement.

Mardi 4 février — 18 à 22h

Düo
24 rue du Marché Popincourt — Paris 11
M°Parmentier

Venez nombreux ! On offre l’apéro.

RECUEIL DE DESSINS de Christian Aubrun
48 pages en Noir et blanc – Couverture noire et fluo – 9,50 euros
L’Articho – 9,50 euros

Édité à 200 exemplaires.
Il ne sera pas distribué en librairie ou seulement au cas par cas.

Pour le commander c’est mieux de passer par ici : L’Articho

Yassine

SÉLECTION LIVRES JEUNESSE – 5/7 – MICHEL DEFOURNY

Dimanche 1 décembre 2013

MICHEL FEFOURNY

Michel Defourny est un chercheur belge qui travaille sur la littérature jeunesse. Conseiller pour certains éditeurs, conférencier un peu partout sur différent sujet, il écrit aussi de nombreux articles toujours sur les livres jeunesse. Son impressionnante collection de livres a servit de base au centre de littérature Jeunesse de la Ville de Liège qu’il a crée en 2010.

L’ÉTRANGER MYSTÉRIEUX de Mark Twain & Atak
2012 – USA/Allemagne – Albin Michel – 20 euros

Les illustrations d’Atak pour L’Étranger Mystérieux de Mark Twain sont fascinantes. Comme à son habitude, Atak fait le grand écart entre culture de masse et culture savante. La citation, l’allusion, le détournement, le travestissement sont au cœur de sa démarche. René Magritte, Max Ernst, le douanier Rousseau, Edvard Munch, Caspar David Friedrich ont, cette fois, inspiré Atak pour la mise en scène de ce récit nihiliste situé en fin de moyen âge, à une époque où la chasse aux sorcières fait rage. Son style faussement naïf, faussement maladroit pourrait être placé sous le signe de Michel de Ghelderode qui prétendait que le secret de tout art qui se veut grand n’était autre que la cruauté.

fcatak.de

LE PIRATE ET L’APOTHICAIRE de Robert Louis Stevenson & Henning Wagenbreth
Allemagne – 2013 – Les Grandes Personnes – 22,50 euros
Première édition en 2012 en Allemagne

Encore une œuvre violente, très violente, nourrie par l’imagerie populaire, marquée par les recherches graphiques contemporaines et la bande dessinée. Une mise en scène où tout est excès comme dans opéra baroque pour marionnettes. Un étonnant travail de composition, une surabondance de traits, des onomatopées visuelles fondées sur la couleur et la stylisation, une tension entre les couleurs et le noir omniprésent que renforce la grandeur et l’épaisseur des lettres.

wagenbreth.de

LE CONTE DU GENÉVRIER des frères Grimm et Gilles Rapaport
2013 – France – Editions du genévrier – 17 euros

L’un des contes préférés, dit-on, par les frères Grimm. Un récit qui oscille entre conte et mythe. Peu souvent raconté en raison de son insoutenable cruauté, même s’il se termine bien : une récompense pour les gentils, une terrible punition pour la criminelle. Panoramiques et plans rapprochés alternent créant un rythme qui soutient  l’oralité « mise par écrit » par les frères Grimm. L’omniprésence du noir qui entre en contraste avec la couleur, discrète par moments, éclatante à d’autres, traduit ce mélange de cauchemar et de merveilleux qui caractérise cette histoire de jalousie, de haine et d’amour.

LA VIE NOCTURNE DES ARBRES de Bhajju Shyam, Durga Bai et Ram Singh Urveti
2013 – Inde – Actes sud Junior – 28 euros

Les forêts du Madhya Pradesh (Inde centrale) étaient épaisses. C’était là que vivaient les Gond. A la suite de Jangarth Singh Shyam, qui avait trouvé une voie entre art tribal d’inspiration mythologique et modernité des supports, naquit un mouvement artistique que l’on qualifia de « peinture Gond ». C’est dans cette mouvance que s’inscrivent les œuvres de Bajju Shyam, l’auteur du London Jungle Book et celles de Durga Bai, auteur de One Two, tree. Cette fois, avec La Vie nocturne des arbres, nous pénétrons dans l’univers mystérieux de la forêt où pendant les nuits, les arbres révèlent leur nature profonde. D’étonnantes visions où se fondent monde végétal et monde animal. Ce sont de vraies lithographies que nous proposent les éditions Tara Books de Chennai. Elles nous sont accessibles en France grâce aux éditions Actes Sud Junior.

tarabooks.com

BLEXBOLEX

Mercredi 24 octobre 2012

Arts factory a eu la bonne idée de montrer 20 ans de création de cet artiste majeur dans le champ de arts graphiques. Pas la peine d’en rajouter vous savez que j’apprécie beaucoup son travail. Je précise juste que c’est évidemment intéressant de voir ses originaux et aussi que c’est très appréciable de voir autant d’œuvre réunies en une seule fois.

Je profite de cette expo pour rappeler l’émission que j’ai enregistrer avec lui. Blexbolex parle très bien de son travail. Ses propos sont très éclairants.

LE GRATIN – 00 – Blexbolex

Télécharger le podcast
Et si vous en voulez toujours plus voici deux autres interviews intéressantes

Une récente sur le site de Chronicart

Et une orienté “ligne claire” réalisée il y 4 ans sur le blog Klare Lijn

Yassine

LOLMÈDE – 05

Lundi 16 avril 2012

du 3 au 28 avril

Belle actualité pour Laurent Lolmède ce mois ci. Il sort un livre chez United dead artists, la très bonne maison d’édition de Blanquet. Cet ouvrage grand format (30 x 40 cm ) propose une série d’excellents dessins en noir et blanc . Des images très fouillées , basées sur un sens de l’observation aigu du quotidien. Ces Scènes de rue en apparence banales deviennent à travers l’interprétation graphique toute tordue de Lolmède un univers étonnant rempli de milles détails croustillants. Ça grouille de vie, c’est vibrant, émouvant et drôle. Ce livre est comme un instantané de la France profonde ou parisienne (C’est la même chose) en 2012. Avec ces images , je vois un peu Lolmède comme un cousin graphique du photographe Martin Parr.

De plus une expo sympa dans une bibliothèque du 11ème qui permets d’apprécier en vrai les dessins originaux qui sont reproduit dans ce livre. Dommage que des reproductions très grand format de ses dessins, mélangés au originaux desservent un peu cet accrochage. Sinon vous pourrez apprécier aussi des carnets de croquis, des volumes en papier machés, et des carnets, des fanzines, … Bref un chouette bric à brac à l’image de son auteur.

Bibliothèque Faidherbe
18 rue Faidherbe – Paris 11
M°: Faidherbe – Chaligny

GOUDRON PAVÉ de Laurent Lolmède
UDA – 20 euros
Le site de UDA

Le blog de Lolmède

Yassine

MONSIEUR STRIP

Samedi 31 mars 2012

En 2005, il y a 7 ans maintenant, avec mon ami Toma Bletner, scénariste, on s’est lancé dans une grande entreprise. Amateurs de strips, on voulait en produire tout en sachant que cette façon de faire de la BD était et est toujours la cinquième roue du carrosse en France. Il n’y a pas de vrais supports de publication pour le strip, contrairement aux États Unis où cette tradition est extrêmement développée.

On a voulu faire un projet un peu spectaculaire. À cette époque le net était loin d’être aussi étoffé au niveau BD, les blog BD venaient juste d’apparaître et bien souvent les éditeurs de BD avait à peine un site. On a donc créé Monsieur Strip. L’idée était d’envoyer par mail un strip par jour pendant un an. Il suffisait de s’abonner et on pouvait recevoir chaque matin un strip dans sa boîte mail. Seul le net pouvait nous apporter ce moyen de diffusion, c’est ce qui nous as excité à l’époque. Ensuite l’idée était de replacer les strips dans la presse pour se payer, comme un syndicat américain qui revend les strips aux quotidiens. Ça n’as pas pris aussi bien qu’on l’aurait voulu. Surtout ça aurait demandé, je pense, un effort de communication et de logistique qu’on ne pouvait pas se permettre vu que nous étions totalement accaparés par la production des strips et la gestion des envois au jour le jour.

Monsieur Strip a été pendant une année un laboratoire de strips, on a essayé plein de choses. On s’est amusé un peu au jour le jour avec ce format BD qu’on adore.

Certains gros éditeurs nous ont contacté pour savoir si on faisait de la BD “normales” Il entendait par “normales” des histoires en une ou plusieurs planches, pour faire des albums cartonnés couleurs j’imagine. Ça montre bien l’état d’esprit de l’époque, le manque d’ouverture. Les choses on un peu changé depuis. Heureusement !

Je me suis rendu compte en faisant Monsieur Strip que le milieu de de la bd est très technophobe et rétrograde. Tout est toujours définit par le livre. Peu de gens on envie de s’intéresser aux évolutions possibles de la BD à travers les nouvelles technologie. Je parle pas de business mais des possibilités offertes par ses nouveaux modes de diffusion et de création. Maintenant, on voit surgir des opinions très rétrogrades,  du genre “L’écran ne remplacera jamais le papier”. L’idée que le livre puisse disparaitre fait peur à tout le monde. On me parle du rapport à l’objet avec le livre alors que les tablettes et autre smart phone sont aussi des objets, beaux, nouveaux, intéressants. Je ne vois pas ce qui pose problème, il ne s’agit pas de remplacer le livre

Des années après c’est la rencontre avec Stéphane Corbinais, éditeur en Espagne, qui s’apprêtait à lancer Alter comics, une toute nouvelle maison d’édition en France en association avec Six pieds sous terre. C’est lui qui nous a permis d’aboutir à cet album. Il a été séduit par ce projet atypique et nous à proposer d’en faire un livre. Cet ouvrage compile tout les strips produits et envoyés par mail à cette époque ainsi que tout un tas de bonus qui datent eux aussi de cette époque. Plutôt que de placer ces strips au kilomètre dans le bouquin nous avons essayé de faire un ouvrage “anthologique”, un peu comme une réédition. C’est pour ça que nous avons rajouter pas mal de texte qui développent toute une mythologie un peu délirante autour du projet Monsieur Strip. Nous avons repenser l’ensemble comme un livre car au départ ce projet valait pour lui même, on ne l’avais pas fait pour faire un album.

C’est un ouvrage un peu bizarre pour moi, car il présente un travail ancien. Mais j’ai pris beaucoup de plaisir a me replonger dans les délires qu’on a pu développer avec Toma il y a quelques années. Je suis très heureux de ce bouquin et de la forme qu’il a pris au final. L’éditeur nous as donne toute la latitude possible pour faire un peu le livre que nous souhaitions. C’est pour ça que je ne saurais que trop vous le conseillez.

MONSIEUR STRIP de Yassine & Toma Bletner
Alter comics – 25 euros

Plus d’info sur le site de  monsieurstrip.com

Yassine

LE GRATIN 05 – TRICOLORES – PODCAST

Dimanche 4 mars 2012

Télécharger le podcast

La discussion avec mon invité fut riche en informations, c’est pourquoi le podcast est plus long que l’émission diffusée. Un quart d’heure de plus

S’ajoute deux bonus extraits de la conversation qui ne sont pas dans le podcast

BONUS : L’introduction des stickers en France avec Pompidou

Télécharger

BONUS : Pétain / Le dessinateur Vica

Télécharger

Yassine

LE GRATIN 05 – TRICOLORES

Dimanche 4 mars 2012

Affiche – 2004

Ce mois ci une émission consacrée à l’imagerie de la droite et de l’extrême droite.

L’INVITÉ : Zvonimir Novak
Ce collectionneur d’images politiques a sorti il y a quelques mois “Tricolores” – Un livre consacré à l’univers graphique des droites. Du gaullisme jusqu’aux pires groupuscules nazis, ce livre présente et analyse les images produites par tous ces courants de la droite. Chaque image est analysée et remise dans le contexte de l’époque, ce qui permet de dresser un histoire visuelle de tous ses idéaux politiques. Un livre riche qui donne a voir des images méconnues. On y découvre des visuels chocs comme on y retrouve des affiches marquantes qui ont fait l’Histoire. On peut aussi y découvrir des dessinateurs méconnus liés à la politique pour le meilleur et pour le pire.

Avec mon invité on revient sur le contenu de ce livre. Nous évoquons certains personnages politiques qui ont eu un rapport  importants aux images : Boulanger, Pétain, de Gaulle , Le Pen. On évoque aussi les artistes liés à ces univers visuels qui sont en fait assez multiples.

-

La plupart des images, mais pas toutes, sont extraites du livre “Tricolores”

- PÉTAIN -

Affiche – 1943

Tryptiques de Villemot – 1943

- DE GAULLE -

Affiche de Jean Carlu – 1942

Affiche de Jean Carlu – 1944

Plus d’images de Jean Carlu ici.

Affiche – 1944


Affiche – 1948


Affiche de Lefor-Openo – 1965

Plus d’images du duo Lefor-Openo ici

hebergeur d'image
Affiche – 1969


Affiche – 1965


Affiche – 1965

- LE FRONT NATIONAL -


Le FN des années 30, contre le front populaire – L’ancêtre du FN de Le Pen


Affiche – 1990


Affiche – 2004


Affiche – 1992

- LES DROITES ULTRA -


Affiche – 1984


Autocollant anonyme – 2009


Trident / Croix celtique / Rune Odal (signe nazi)

hebergeur d'image
Logo du Gud par Jack Marchal


Typo identitaire d’extrême droite créée par Jack Marchal

DESSINATEURS DE DROITES – - – - – - – - – - – - – - – - – - -

BD de Vica – 1942

Pour voir les albums de Vica en entier : ici

Dessin de Sennep – 1934

- – -

Mars 2011
Émission produite et réalisé par Yassine avec l’aide de Corentin

- – -

Musiques :

- Générique : Kostas Bezos – Ta Aspra Poulia Sta Vouna (Grèce – 1936)

La programmation musicale propose un équivalent sonore à ses visuels politiques. Des chansons consternantes qui une fois prise au deuxième degré font sourire, inévitablement.

- Jean-Pax Méfret – Vous allez me traiter de réac (1980)
- Roger Vivant – Bleu blanc rouge (1984)
- Jacques Chirac maintenant / Disque de campagne (1988)

- – - – - – - – -

TRICOLORES de Zvonimir Novak
L’échapée – 29 euros
lechappee.org

Yassine

MARCEL STORR ( 1911-1976)

Dimanche 26 février 2012

Du 16 décembre au 31 mars

Beaucoup de blog ont déjà évoqué cette exposition événement. J’enfonce le clou et je conseille à mon tour la visite de cette rétrospective qui regroupe l’intégralité des dessins connus de Marcel Storr, artiste français d’Art brut jusqu’alors méconnu. Son travail fut montré à peine dans quelques expositions collectives d’Art Brut.

Les grandes œuvres d’Art brut ont souvent une histoire incroyable. C’est le cas ici. Ainsi le jour où Liliane Kempf est invitée par sa concierge à jeter un œil sur les dessins de son mari, elle ne s’attend pas à tomber sur des dessins aussi magistraux. Elle éprouvera un choc à la vision du travail de Marcel Storr. Elle découvre un univers riche, complexe, captivant. Si tout ceci est resté dans ses tiroirs c’est que son art semble avant tout un jardin secret qui lui permet de s’évader de la réalité. Il a vécu une existence peuheureuse : orphelin placé à l’assistance publique puis ayant fréquenté des familles difficiles. Il est illettré, à moitié sourd. Bref une vie difficile auquel il a besoin d’échapper.

Les travaux de Marcel Storr sont des constructions délirantes, architectures folles comme si Gaudi avait construit des mégalopoles. On lui connait deux influences. Premièrement le magazine l’illustration. Ce périodique était pour lui une fenêtre sur le monde il y puisera certainement des références architecturales de pays lointains qu’il ré-interprète à sa manière. Sa deuxième influence est plus étonnante. Il est Cantonnier de profession. L’endroit où il nettoie les rues est placé en face de La Défense. Il verra s’élever une à une toutes les tours de ce quartier. Un paysage dont il suivra l’évolution au jour le jour pendant des années.

L’exposition, à l’image de sa “Carrière est un crescendo. On commence par ces premières architectures, des églises délirantes et on va jusqu’à d’immense mégalopoles très science-fiction. Au fur et à mesure ses environnements deviennent de plus en plus fous, de plus en plus fournis. Marcel Storr débute comme bâtisseur et fini comme un démiurge visionnaire. La dernière pièce de la rétrospective est un feu d’artifice de paysages improbables aux couleurs exubérantes et magnifiques. Tel un enfant il semblait s’imaginer vivre dans ses mégalopole qu’il concevait. Dans ses fantasme il imagine que paris est rasé et qu’on va rebâtir la capitale en utilisant ses dessins comme modèle.

Il est impératif, même si c’est souvent vrai , de voir les œuvres originales. Encore plus dans le cas précis tant les couleurs réels de ses dessins sont stupéfiantes. Sa technique, très picturale est elle aussi tout à fait inattendue. Son travail s’apprécie dans les détails. De près on peut apprécier une véritable dentelle graphique. Le crayon appuyé fortement laisse un léger relief sur le papier. Cette texture apporte une dimension unique à l’image. Seul la vision réelle vous apportera l’émotion forte que procure ces œuvres.

Les éditions Phébus publie pour l’occasion un livre qui reprend tout ses dessins. Des textes simples, synthétique apportent témoignages et visions intéressante sur son œuvre et sa vie.

Marcel Storr
Phébus – 24 euros

Ce livre est disponible au Monte en l’air, qui est juste à coté du lieu de l’exposition. Mais aussi, bien entendu, dans toutes les bonnes librairies.

Jusqu’au 31 Mars
Pavillon Carré de Baudouin
121 rue de Ménilmontant – Paris 20
M° Jourdain

Entrée libre
Plus d’info ici

Yassine

RUE DE L’ARTICHO

Vendredi 2 décembre 2011

Comme vous le savez je m’occupe de l’association L’Articho avec mon amie Chamo. Ces jours est sorti le premier livre estampillé l’Articho. Un événement important pour nous. Cet  ouvrage est conçu pour les enfants mais j’espère qu’il séduira aussi les plus grand.


Yassine


Estocafich


Charles dutertre

Dans cet opus : 16 illustrateurs, certains sont bien connus du milieu du livre jeunesse, d’autres beaucoup moins . Il y a là des habitués de l’articho et quelques auteur qu’on espèrent faire découvrir. Un mélange qui nous ressemble et qui vise a créer une alchimie collectif malgré des styles très différent et qui montre, je l’espère, la richesse de l’illustration aujourd’hui .


Au dos du livre

RUE DE L’ARTICHO
Chez Thierry Magnier – 18 euros

Ps : Les photos sont piquées sur la page flickr de l’excellent librairie marseillaise “Le lièvre de mars”.

Yassine