Archive pour la catégorie 'Kitsch'

IMAGE 186 – GINETTE LAPALME

Lundi 26 août 2013

C’est pas la première fois que je poste une image de cette dessinatrice canadienne que j’adore. Elle a le profil parfait pour faire de bons dessins de dauphins. Il faut de l’humour et avoir une certaines sensibilité kitsch. Avoir un vrai amour premier degré pour ce genre tout en étant capable de prendre un peu de distance sans cette ironie qui vient souvent gaché la vrai beauté, la pureté du kitsch. Le kitsch c’est une question de croyance.

Cette image n’est pas vraiment kitsch, plutôt marrante mais chaque dauphin est un peu tordu, mais  tout en restant attachant. On l’imagine bien faire une BD avec un personnage de dauphin sans être ridicule. J’en rêve pour tout dire !

ginettelapalme.com

etteette.tumblr.com

Yassine

RADIO – LE GRATIN # 02 – CARTES POSTALES – PODCAST

Dimanche 11 décembre 2011


Télécharger le podcast

Voir la page sur le site de Radio Campus Paris

Yassine

RADIO – LE GRATIN # 02 – CARTES POSTALES

Dimanche 11 décembre 2011

L’invité : Manu Boisteau

Habitués de ce blog vous connaissez sans doute Manu Boisteau. Dessinateur de très chouettes BD pour les enfants comme “James Blonk” ou “Maudit manoir”. Il dessine aussi des albums jeunesse dont la déviante et formidable “Encyclopédie approximative du poney“.

Mais il a aussi une passion pour les cartes postales qui l’habite depuis 20 ans maintenant. En 2009 il publie une excellente anthologie dédié à cette imagerie populaire “Cher Tous – Trésors oubliés de la carte postale à papa” . Rebelote, il publie cette année un ouvrage sur le plus grand créateur du genre, Alexandre, dessinateur discret qui est sans conteste le plus prolifique artisan de la carte postale franchouillarde.

Deux livres stupéfiants qui a travers ces images d’un autre temps montrent une certaine idée de l’esprit et du “bon goût” bien de chez nous. Deux ouvrages qui réunit ensemble constitue une merveilleuse collection de cartes postales choisi avec amour. Elles sont souvent kitsch, parfois drôles, dés fois sexy , par moment  consternantes mais jamais ennuyeuses.

Dans cette émission nous évoquons  donc ces carte postales et en particulier l’art d’Alexandre. Je diffuse aussi quelques réactions glanées lors du vernissage de l’exposition qui lui est consacré au musée de L’érotisme.

- – - – - – - – -

CHER TOUS
Les images qui suivent sont toutes extraites du livre éponyme.

Encore plus d’image de “Cher tous” ici

- – - – - – - – -

ALEXANDRE
Les images qui suivent sont extraites du livre éponyme.

Trois dessins d’humour pour la presse.

Les premières cartes de la fameuse série des zizis.
925 milles exemplaires vendues

Des photos de pin up sur lesquelles Alexandre a rajouter sa touche personnelle.

Ses 2 cartes sont basés sur  des photos prises dans des camps de nudiste par Alexandre lui même. Même procédé, Il y ajoute sa touche personnelle, unique.

- – - – - – - – -

CHER TOUS de Manu Boisteau
Cornélius -  19 euros

ALEXANDRE , Le charme dicret de la gauloiserie
Les échappés – 29 euros

Exposition Alexandre
Musée de l’Erotisme de Paris
72 boulevard de Clichy – Paris 18
M° Blanche
Entrée – 6 euros

manuboisteau.com

- – - – - – - – -
Décembre 2011
Émission produite et réalisé par Yassine aidé de Nathalie
- – - – - – - – -
Musique

Générique :
- Kostas Bezos – Ta Aspra Poulia Sta Vouna (Grèce – 1936)

- Yvette Horner – Copacabana (France)

- Nino Ferrer – Alexandre (France – 1966- Riviera)

- Vladimir Cosma – Sexy Samba (France – 1976 – disque déesse)
Bo du film “La surprise du chef”

- – - – - – - – -

POCHETTES DE DISQUES TAMOULES

Dimanche 23 octobre 2011

Si vous fréquentez régulièrement ce blog vous savez déjà que j’affectionne toutes sortes d’imageries populaires, ainsi que les pochettes de disques. Un des endroit à mon avis où on trouve parmi les plus belles et les plus singulières c’est dans le sud de l’Inde : les pochette pour les bandes originale des films Kollywood.

Ce nom est la contraction de Hollywood et Kodambakam, quartier de Chennai (ex Madras) où sont produit les films tamoules. La production est aussi importante qu’a Mumbai (ex-Bombay). Mais ce cinéma est moins connus car il est à l’intention des populations locales. Il cultive ses spécificités régionales, du fait il a une esthétique plutôt décalée par rapport à ce qu’on connait. Ce qui se ressent sur les pochettes évidemment.

Depuis longtemps je surveille les vente de disques tamoules sur ebay, ce qui m’a permis de collecter les photos de ses pochettes. Ce qui est frappant c’est la modernité du graphisme pour l’époque. Les pochettes venant de Bollywood peuvent être très belle, mais elles ont toujours un coté plus classique. Elle sont plus ou moins dans les canons habituelles de la pochette de Bande originale de film. Là en plus du folklore indien on a une volonté de briller qui passe par des audaces de graphisme. Ingrédients du film et éléments graphiques semblent parfois lancé pêle-mêle dans le carré qui constitue la pochette. Formes simple de couleurs vives, motifs géométriques, Dégradés, détourages sauvages, associations de dessins et de photos, Halos façon néon, typo dessiné sont agencé de manière efficace voir tapageuse. Ce qui crée des composition exagérées, bizarres, sans souci du bon ou mauvais goût. Un art magnifique, pur, sans complexe, émotionnel, direct.

Pour finir, petit bonus, une pépite vidéo made in Kollywood :

[youtube JhCQgaXPVgM]

Yassine

IMAGES DE LA SEMAINE – 131

Samedi 15 octobre 2011

Après les chats masqués voici une belle série de minous peints sur des assiettes. C’est signé Nathalie Lété.

nathalie-lete.com

Yassine

IMAGES DE LA SEMAINE – 130

Mardi 27 septembre 2011

Énormément de gens font des images avec des chats mais peu le font avec autant d’esprit que Maïa Roger. J’adore cette série de portrait de chats “qui mettent des masque”. On peut voir sur le site de cette artiste française beaucoup d’autre images. Notamment de très bon collages flashys et bourrés d’humour.

maiaroger.free.fr

Yassine

GRANDVILLE – LES FLEURS ANIMÉES

Samedi 4 juin 2011

Grandville (1803 – 1847) aimait humaniser toutes sortes de choses, animaux, végétaux, objets. Habile dessinateur c’est toujours avec des trait fins et précis qu’il leurs donnent vie. Son univers fantaisiste est rendu tangible par cette science du dessin servi par un style élégant, jamais virtuose, ni démonstratif. Je ne suis pas un spécialiste de son travail, mais je suis tombé sur un de ses livres “les fleurs animés”, que je trouve très beau et que j’avais envie de vous faire découvrir. Voici quelques pages de cet ouvrage aussi original que réussi.

L’intégralité des 2 volumes est reproduit  ici

Plus d’info sur Grandville ici

ALEXSANDRO PALOMBO

Dimanche 29 mai 2011

Sur son blog ce dessinateur italien commente avec humour l’actualité de la mode en image. Ses dessins sont trash et vulgaire, volontairement mal dessiné. Un mauvais goût assumé qui résume assez bien les sentiment contraste que lui évoque ce milieu. Entre dégout et fascination l’art AleXsandro Palompo est sans retenu. C’est ce qui ma plaît.

humorchic.blogspot.com

Yassine

PINAR & VIOLA BLOG

Mardi 29 mars 2011


Silhouettes de Basso & Brooke

Le blog de Pinar & Viola, duo de graphistes hollandais est des plus passionnant. On peut y voir les images qui les inspirent : photos, collages, motifs, dessin réalistes,… Des visuels de notre époque, kitsch et souvent de mauvais goût.


Image d’Eric Yankher


Image de Rachel McLean


Collage d”Olaf Breuning

Toutes ses images postés ici proviennent de ce blog qui est a suivre de près.

pinar-viola.com/blog

Yassine

L’ENCYCLOPÉDIE APPROXIMATIVE DU PONEY

Vendredi 25 mars 2011

Manu Boisteau est un auteur vil et sans doute un très mauvais père de famille. Après avoir passé des années à combler les jeunes garçons avec ses séries d’espionnage (James Bonk chez Cornélius) et d’horreur (Maudit manoir chez Bayard), il a décidé de traumatiser les petites filles. Il s’en prend à un de leur objet d’adoration : le poney.

Dans un ouvrage qui ressemble à s’y méprendre à un vrai livre cucu sur les poneys, il instille une dose de mauvais esprit et de second degré jubilatoire. Beaucoup de gens risquent de passer à coté de ce livre. Car en se fondant perfidement dans la masse des ouvrages premier degré pour petites filles il risque s’y perdre et de ne pas toucher le public qui lui est naturellement dévolu : les amateurs de kitch et de second degré. L’effet inverse est à craindre et à espérer. Il risque en effet de perturber certaines fillettes qui ne vont pas comprendre tout de suite le décalage et risquent d’être” traumatisées”, par exemple, à l’idée que leur maman puisse cuisiner leur animal fétiche. Faire rigoler les adultes aux dépends de fillettes qui pleurent, voilà son funeste et beau projet !

Le livre est riche en gags et bien qu’ “approximatif”, il semble vraiment faire le tour de la question : histoire, art, jeu littérature, cuisine, …
L’approche graphique est un bel exercice de style. Et en même temps il amène beaucoup de sa culture de l’image kitsch vieillotte qu’il affectionne. Je rappelle qu’il a rassemblé sa collection de cartes postales kitsch dans un très bel ouvrage chez Cornélius. Voir ici

Quelques propos recueillis auprès de l’auteur :

Comment t’es venu l’idée de cette encyclopédie ?
Un attrait pour le faux érudit et la forme encyclopédique, des vues en coupe dans les albums Larousse de mon enfance à la Rubrique-à-brac en passant par la revue “Tout l’univers” que je lisais chez mes grands-parents. L’envie de parodier les bouquins didactiques pour enfants, un genre prodigieusement agaçant, que je suis amené à pratiquer pas mal comme illustrateur jeunesse. L’envie de plonger dans la psyché des petites filles et enfin une tentative cynique de vendre des livres en grande quantité, en abordant un thème outrageusement fédérateur.

Comment as tu procédé pour la réalisation de cet ouvrage ?
La maturation a été assez longue, presque deux ans, durant lesquels j’ai noté des idées en vrac, et le projet a eu plusieurs formes successives. Une fois le feu vert de l’éditrice sur le texte, J’ai attaqué la mise en page, et en tout dernier lieu les dessins. Mais en réalité, j’ai constamment pensé au trois aspects simultanément à chaque étape du boulot. L’avantage de concevoir un livre de A à Z, c’est que tu peux tout modifier jusqu’à la dernière minute, ce dont je ne me suis pas privé…

As tu compulsé beaucoup d’ouvrage sur le sujet ?
Je n’ai rien voulu lire sur le sujet, car je n’ai aucune tendresse pour les chevaux, ni pour les animaux en général, d’ailleurs. J’ai juste feuilleté quelques bouquins à la fin, quand il s’est agi de rassembler un peu de matériel visuel à “sampler”. Le fait de tout ignorer ou presque sur le sujet m’a permis de l’aborder de façon totalement décomplexée : étant parfaitement ignare dans le domaine, je pouvais vraiment me permettre de faire n’importe quoi…

Voilà vous l’aurez compris, il ne faut pas passer à coté de cet ouvrage très drôle, qui peut s’apprécier en famille. Mais ça marche aussi sans enfants.

L’ENCYCLOPÉDIE APPROXIMATIVE DU PONEY de Manu Boisteau
Thierry Magnier – 9,90 euros

manuboisteau.com

Yassine