Archive pour la catégorie 'Interview'

GRATIN – 14 – IMHO

Mardi 21 janvier 2014

Dessin de Hideshi Hino

Télécharger le podcast

Voir sur le site de radiocampusparis.org

Pas de gratin ce mois-ci. J’en profite pour poster une émission dont le podcast n’était toujours pas disponible. Une émission consacré au manga. Qui s’enchainera donc bien avec la dernière.

IMHO

Un émission dédiée à la BD japonaises avec Benoit Maurer et Aurélien Estrager des éditions IMHO. Cet excellent éditeur est apparu il y a 10 ans et possède l’ un des meilleurs catalogue du genre en France.
Avec eux nous parlons de la BD japonaise en France et au Japon et bien entendu de quelques auteurs phares de leurs catalogue.

Mes invités

BENOiT MAURER

Issu de la presse et du web cet amateur de Bd s’est lancé dans le manga il y a 10 ans avec l’envie d’éditer des auteurs qui n’était pas présent sur le marché français. Il nous a donne a lire tout une partie de la BD japonaise qui manquait sérieusement sur les linéaires hexagonaux.

AURÉLiEN ESTAGER

Est un amateur de culture alternatif japonaise. Il travaille pour IMHO depuis quelques années et dans le milieu de la culture japonaise à Paris ce qui lui a permis de rencontre de nombreux auteurs nippons.

- – - – - – - – - – - – - – - – - – - – - – - – - – - -

SUEHiRO MARUO

La Jeune Fille aux camélias

Maruo sur Wikipédia

Litchi Ikari Club de Usamaru Furuya
Un Manga en hommage à Maruo

- – - – - – - – - – - – - – - – - – - – - – - – - – - -

JUNKO MiZUNO

La petite Sirène

Hansel & Gretel

Pure trance

Quelques pages extrait de Ciderella

jmnews.exblog.jp

- – - – - – - – - – - – - – - – - – - – - – - – - – - -

ARONZi ARONZO

Les jolies poupées de Mimi & Lili

aranziaronzo.com

- – - – - – - – - – - – - – - – - – - – - – - – - – - -

HiDESHi HiNO

Panorama de l’enfer

Le serpent rouge

L’enfant Insecte

Hideshi Hino sur Wikipedia

- – - – - – - – - – - – - – - – - – - – - – - – - – - -

MAN GATARO & PIERRE TAKi

Une des récentes sorties de Imho. J’attire tout particulièrement votre attention sur ce livre, et sur ce dessinateur  Man Gataro  qui est un de mes auteurs préférés. J’apprécie particulièrement son art de l’outrance qui ferait passer Johnny Ryan et son Prison pit pour un dessinateur de Disney.

- – - – - – - – - – - – - – - – - – - – - – - – - – - -

imho.fr

- – -

MARS 2012

Émission produite et réalisé par Yassine avec La collaboration d’Antoine Cadou

- – -

Musiques

- Générique : Kostas Bezos – Ta aspra poulia sta vouna (Grèce – 1936)

- J.A Seazer – Akai shigati (2006 – Japon – Lezard noir)
Extrait de la BO de “Midori”

- Arm Vs Uno (Japon – 2012 – Pichi pichi underground)
Extrait de la compilation ‘Tohoo overdrive”

- Zin say – All night long ( Japon – 1992)
Extrait de l’album “substance”

- – -

Yassine

3 QUESTIONS À SIMON ROUSSIN

Dimanche 21 juillet 2013

Ce jeune dessinateur a sorti il y a quelques mois 2 livre en librairies. Une bd en noir et blanc “Heartbreak valley ” un très bon récit bizarre et ténébreux et Le Bandit au colt d’or un livre illustré, une légende de l’ouest. Un western en somme, genre que j’affectionne tout particulièrement. Ce livre très réussi m’a donc emporté, et m’a donne envie d’aller poser quelques questions à son auteur dont je suis le travail depuis un certain temps avec intérêt.

1 – Tout tes albums propose une relecture d’un genre.
Quelle rapport tu entretient avec le “genre” ?

Il est toujours facile de dire que tout remonte à l’enfance, mais j’imagine que ce que l’on découvre très jeune nous construit durablement. La bande dessinée m’est apparue avec Tintin et des vieux journaux Spirou. Moby Dick, Ivanhoé, étaient les genres de films que mes parents me faisaient voir, je grandissais avec Steve McQueen, Belmondo, Paul Newman ou Clint Eastwood.
Et encore aujourd’hui, même si mes intérêts se sont élargis, si j’aime et suis la bande dessinée et le cinéma contemporain, je prends toujours autant de plaisir à relire un vieux “Gil Jourdan” ou à revoir “L’homme de Rio”. Il y a dans le « genre » une évasion totale, une immersion complète dans un récit qui peut nous transporter bien au delà de notre réalité, du quotidien. Et finalement, nous permettre d’y projeter des questionnements intimes, personnels.
Le récit de genre est pour moi la meilleure façon de dissimuler modestement des problématiques plus « profondes » sous une jubilation première d’inventer des histoires, de créer des personnages, de les faire vivre et mourir.

2 -  Est-ce que tu peux expliquer d’où viens l’idée d’utiliser cette technique au feutre ? Peux tu aussi me parler de cette utilisation très “fauve” des couleurs ?

La première fois que j’ai utilisé des feutres, c’était pour “Robin Hood”, un projet que j’avais mené pendant mes études aux Arts Décoratifs de Strasbourg. C’était ma toute première bande dessinée et à l’époque je me cherchais beaucoup graphiquement. Mon dessin au trait ne me plaisait pas et j’étais très mauvais avec les mises en couleurs directes ou numériques. Finalement, il y avait quelque chose de décomplexant à choisir le feutre et surtout, j’y voyais une bonne manière d’illustrer mon propos, ma volonté de revisiter un personnage de mon enfance et de faire un récit sur la notion même de héros, d’une manière naïve et dans un faux premier degré hérité des vieux comics.
Je peux passer des heures à choisir une couleur dans un nuancier photoshop alors qu’un boîte de feutres, avec son nombre limité de nuances, m’oblige à être beaucoup plus instinctif. Dans “Robin Hood”, la couleur était utilisée surtout comme du remplissage en aplats. Plus tard, j’ai décidé de faire Lemon Jefferson et la grande aventure pour poursuivre ce que j’avais commencé avec Robin. Un récit sur l’héroïsme avec une utilisation de la couleur plus audacieuse, où je voulais tenter des effets de matières, dessiner des soleils couchants et les flammes d’un feu de camp. Et aujourd’hui, dans Le Bandit au colt d’or, le trait disparaît parfois pour laisser la place à la couleur seule. Je me retrouvais devant ma page blanche, sans crayonnés ou très peu, avec la volonté de faire de grandes scènes de western, des paysages grandioses comme on en voit dans les peintures de Remington ou dans les westerns d’Anthony Mann.
 La « folie » des couleurs, des scènes de tempêtes de neige au tipp-ex, m’aidaient aussi à affirmer le lyrisme et la dimension tragique que je voulais insuffler à cette histoire.
En parallèle de ma technique aux feutres, j’ai toujours travaillé en couleurs numériques. D’abord dans la perspective d’imprimer mes images en sérigraphie, d’où une utilisation de tons limités saturés et de leurs superpositions.
Aujourd’hui, je tente de plus en plus de mixer les deux pratiques, d’insérer les effets de matières des feutres et de retrouver cette spontanéité dans un traitement numérique.

3 – Dans ton travail il y a un héritage d’une forme très classique de récit.
En quoi cette manière de raconter te plaît ?

J’aime appréhender le récit de genre de manière à chaque fois un peu différente. Robin Hood était construit en chapitre très courts. Le personnage existait déjà, nul besoin de présentation, l’univers était déjà bien délimité, la forêt de Sherwood, Petit Jean, Marianne, le Shérif. Je n’avais plus qu’à m’amuser avec ces données. Et ce découpage était aussi une solution de facilité. Pour une première bande dessinée, je ne me sentais pas les épaules d’assumer un récit long et linéaire.
 “Lemon Jefferson” et “Heartbreak Valley” sont des récits plus longs dans lesquels je fais traverser aux héros un nombre important d’épreuves qui vont les malmener et les faire avancer. Des projets comme ceux là me demandent beaucoup plus d’écriture. Je sais en amont où l’histoire va aller, quels en seront les principaux rebondissements, dans quelles circonstances elles s’achèvera. Ce qui me laisse la liberté d’improviser en chemin, de rajouter ou d’enlever des choses, de me surprendre aussi. C’est la technique ancestrale de la surprise en dernière case de chaque page !
Les Aventuriers et surtout Le Bandit au colt d’or qui sont des récits illustrés, m’ont permis d’expérimenter une manière de raconter un peu différente de la bande dessinée classique, libérée du gaufrier et des bulles.
Actuellement, je travaille sur un projet de bande dessinée en strips, qui est une technique bien plus difficile que ce que je pensais. Je voudrais faire une histoire entre le feuilleton d’aventures et le strip d’humour ou introspectif, en évitant le gag à chute. Le temps de narration est très différent, l’histoire continue entre les strips, il faut jouer avec les ellipses.
En fait, je prends énormément de plaisir à imaginer des histoires. Je pars d’idées en vrac, « et si les cheveux d’un personnage blanchissaient d’un coup, sous les effets de la peur ? », « Et si à la fin d’une éclipse, le soleil ne revenait qu’à un seul endroit sur terre ? », des idées de noms de personnages, ce genre de choses, puis je réfléchis à la meilleure façon de la raconter. Quel format adopter, en couleurs ou non, sur combien de pages ? 
Pour l’instant, cette forme de récit classique correspond à mes envies, elle me permet de raconter mes histoires simplement, avec la plus grande honnêteté possible.

QUELQUES IMAGES EXTRAITES DE FILMS ET RÉINTERPRÉTÉES

3 PAGES EXTRAITES DE HEARTBREAK VALLEY

HEARTBREAK VALLEY de Simon Roussin
Éditions 2024 – 23 euros

LE BANDIT AU COLT D’OR de Simon Roussin
Magnani – 19 euros

simon-roussin.com

simonroussin.blogspot.fr

Yassine

LE GRATIN – 015 – LA BD iTALiENNE

Mercredi 19 juin 2013

Case extraite de “Superwest” – Massimo Mattioli

TÉLÉCHARGER LE PODCAST
Voir sur la page de radio Campus Paris

Une émission consacré à la BD italienne. Ce pays possède le foyer le plus riche en Europe après le pôle Franco-belge. Impossible donc d’appréhender sa diversité et sa multiplicité en une heure. Néanmoins avec mes invités, tout trois connaisseurs, nous évoquons certaines de ces spécificités et nous abordons aussi certaines périodes très importantes de son histoire.

MES INVITÉS

deux auteurs italiens et un auteur français

ALESSANDRO TOTA
Né en 1981 ce dessinateur propose à travers un dessin simple une approche très directe de la réalité. Son propos retranscire la subtilité et la complexité des rapports humains à travers des ambiance très naturalistes. Un art émotionnel et subtile.

BiBLiOGRAPHiE FRANÇAiSE

- Terre D’acceuil / Yéti en VO (Sarbacane – 2010)
- Fratelli (Cornélius – 2011)
- Palacinche avec Caterina Sansone (Olivius – 2012)

alessandrotota.com

GiACOMO NANNi
Né en 1971 ce dessinateur est un des grands noms de de la BD italienne contemporaine. Il propose un art extrêmement personnelle et originale. Il explore les différentes possibilités de la narration à travers le découpage et la mise en espace. Il joue beaucoup sur l’interaction entre le décor et les personnages. Il propose une approche graphique assez spéciale, il essaye constamment de varier les techniques et s’intéresse beaucoup à la matière graphique.

BiBLiOGRAPHiE FRANÇAiSE

- Croniquettes (2008 – Cornélius)
- L’histoire du Garçon qui cherchait la peur (2012 – Cornélius)
- Casanova – L’histoire de ma fuite (Olivius – 2013)
- Les choses avec Bastien Contraire (Papier Gaché – 2013)

giacomonanni.com

BASTiEN CONTRAIRE

Dessinateur de BD Francais et membre actif du très européen collectif Papier Gaché (avec L’italienne Romina Pellagati et Wolker Zimmerman, qui est allemand). Ils éditent des petits livre et une revue et publient beaucoup d’auteurs d’un peu partout en europe. Papier gaché organise aussi un festival “Fanzines !”qui défend l’underground international. C’est un grand Connaisseur de la BD et en particulier de la BD italienne

- Les choses avec Giacomo Nanni (Papier Gaché – 2012)

papiergache.net

LES PETITS FORMATS


Blek le roc
Personnage créé en 1954


Diabolik
Personnage créé en 1962


Necron
Personnage créé en 1981

LES REVUES DE BD


Linus
Créée en 1965


Alter Linus
Créée en 1974


Alter alter
Créée en 1977


Cannibale
Créée en 1977- Arrêtée en 1979

hebergeur d'image
Frigidaire
Créée en 1980 – Arrêtée en 2012

LES AUTEURS

ANDREA PAZIENZA (1956-1988)

Le style un peu daté de cette star de l’underground des années 70-80

MASSIMO MATTIOLI – Né en 1943

La face enfantine de L’auteur :

La face plus trash de L’auteur :

BiBLiOGRAPHiE FRANÇAiSE

À L’association et toujours disponible :

- B Stories – 2008
- Vermetto Sigh – 2006
- M le magicien – 2003
-Awop-Bop-Aloobop – 1999

Chez Albin Michel – Epuisé

- Squeak the mouse Tome 1 & 2 – 1992 Albin Michel
- Superwest – Albin Michel – 1986

Chez Aedena – Epuisé

- Joe Galaxy & Cosmic Stories – 1987

Et pour complêter, la revue :

- DMPP # 8 – Jacovitti & Mattioli
The hoochie Coochie – 15 euros

ALESSANDRO TOTA

3 pages extraites de FRATELLI

2 pages extraites de “Terre d’accueil” (Yéti en VO)

GIACOMO NANNI

3 pages extraites de “Casanova l’histoire de ma fuite”

4 pages extraites de Chroniquettes

GiACOMO NANNi & BASTiEN CONTRAiRE


Page de Bastien contraire – Extraite de “Les choses”

Plus de pages dans un précédent post : ici.

- – -

Dimanche 18 mai 2012

Émission produite et réalisé par Yassine avec la collaboration d’Antoine Cadou

- – -

Musiques

- Générique : Kostas Bezos – Ta Aspra Poulia Sta Vouna (Grèce – 1936)

- Jacky Chalard et Sylvia Fels – Corto Maltese ( France – 1974)

- Ennio Morricone – Deep Down – Extrait de la BO “Danger Diabolik (Italie – 1968)

- Nino Rota – L’Uccello Magico (Italie – 1976)

- – -

LE GRATIN – 016 – L’ART INUIT

Mardi 18 juin 2013

Dessin de Kenojuak Ashevak

TÉLÉCHARGER LE PODCAST
Voir l’émission sur la page de radio campus Paris

A l’occasion de la très belle exposition consacrée a l’artiste Kenojuak Ashevak au Centre Culturel canadien j’ai décidé de consacrée une émission à l’art inuit et en particulier aux dessins et gravures issues du grand nord Canadien. Il existe depuis les années 50 des coopératives montées par des occidentaux qui ont permis aux inuit de s’exprimer à travers le dessin et la gravure. Avec mes invités nous évoquons l’art de ce peuple et en particulier le travail de Kenojuak Ashevak. Morte cette année à 85 ans, elle fut la représentante plus que quiconque de cette culture graphique . Mais c’est aussi avant tout une très grande dessinatrice.

Mes invités.

CLAUDE BAUD

Ce médecin, collectionneur passionné d’art inuit dirige la galerie Iglou à Douai. Il est le plus ardent défenseur de cet art en France. Les 40 dessins de l’exposition proviennent de sa collection.

CATHERINE BÉDARD

Est la directrice adjointe et la responsable des expositions au centre culturel canadien. Spécialiste de l’art canadien contemporain et commissaire de l’exposition consacré à Kenojuak Ashevak.

- – - – - – - -

DESSiNS DE KENOJUAK ASHEVAK ( 1927 – 2013 )

Tout les dessins ne proviennent pas de l’expo


Le fameux dessin “Enchanted owl” qui a été imprimé sur un timbre

AUTRES ARTISTES iNUiTS

Dessin de Ashoona Mayureak

Dessin de Pitseolak Ashoona

Dessin de Pitseolak Ashoona

Dessin de Pitaloosie Saila

-

FANTASTiC KENOJUAK ASHEVAK
Du 11 avril au 6 septembre 2013
Centre culturel canadien
5 Rue de Constantine – Paris 07 -
M° Invalide
Entrée Libre
Plus d’info ici

artinuit.com

- – - – - – - -

Dimanche 16 Juin 2013

Émission produite par Yassine avec la collaboration de Antoine Cadou

Merci à Jean-Baptiste Le Bescam

- – - – - – - -

Musique

- Générique : Kostas Bezos – Ta Aspra Poulia Sta Vouna (Grèce – 1936)

- The résidents – A spirit steal a child (USA -1979 – Ralf)
Extrait de l’album “Eskimo”

- Melodic Kattajaq / Jeux vocaux inuit (Canada)

- Tagaq – Fox ~ Tiriganaik (Canada – 2008 – Jericho Beach Music)
Extrait de l’album “Auk/blood”

- – - – - – - -

LE GRATiN – 012 – JACQUES ROUXEL

Dimanche 30 décembre 2012

TÉLÉCHARGER LE PODCAST
Voir la page sur le site de Radio Campus Paris.

Une émission consacré à Jacques Rouxel (1931-2004), le génial créateur des Shadoks. Avec mes deux invités nous évoquons ce grand nom de l’animation : sa vie et son œuvre, qui ne se limite pas du tout au shadoks. Il a aussi produit de nombreux films pour la publicité et diverses institutions.

MES iNViTÉS:

THiERRY DEJEAN
Il est l’auteur du livre consacré à l’histoire des Shadoks. Un ouvrage qui propose de beaux documents inédits : Story board, affiches, BD, textes, croquis, lettres…. Tout ça est extrait des archives de Jacques Rouxel.

MATHiEU LAMOTTE
Mathieu lamotte dirige aujourd’hui “AAA” la société de production crée en 1973 par Jacques Rouxel, sa femme Marcel Ponti et Jean-Paul Couturier.

Quelques vidéos :

Le premier épisode des Shadoks en allemand

[youtube lyADSSRzeFs]

L’épisode ou est expliqué le principe des 4 Cases du cerveau des shadoks :

[youtube DuJDPqb0nvE]

L’épisode culte des passoires :

[youtube TMt6TDQe4nQ]

2 Pubs Pour Belin réalisées par Jacques Rouxel :

[youtube w8G51aK019o]

[youtube _ENa3Fe0pFw]

Pub Pour Opticil réalisée par Jacques Rouxel :

[youtube gy4ros5Jteo]

Les Matics – Épisodes 1 à 4 -
Les débuts de l’animation assisté par ordinateurs :

[youtube 6QcmTfK1C6w]

Un épisode de l’émission “Les Français écrivent aux Shadoks”
Du grand n’importe quoi !!!

[youtube DeunWj6JXKo]

Plus d’épisodes sur Le site de L’INA

Plus de vidéos de Jacques Rouxel sur la chaine Youtube de AAA.

aaaproduction.fr

JACQUES ROUXEL ET LES SHADOKS : UNE VIE DE CRÉATION
de Thierry Dejean & Marcelle Ponti-Rouxelle
Le Chêne – 49,90 et 19,90 – Existe en 2 versions

- – -

Décembre 2012

Émission produite et réalisé par Yassine avec l’aide d’Antoine
Merci : Eliah, Christian & Vincent

- – -
Musique :

- Générique : Kostas Bezos – Ta Aspra Poulia Sta Vouna (Grèce – 1936)

- The Shadows – Foot taper ( Angleterre – 1963)

- Francois de Roubaix – Pépin la bulle (1968 – France)

- Ted Scotto – les shadoks (France – 1968)
- Extrait du 33 t des Shadoks
Voix Claude Piéplu – Musique : Robert Cohen-Solal (France – 1969)

Yassine

LE GRATiN 011 – ViLLEMOT

Dimanche 2 décembre 2012

1967

TÉLÉCHARGER LE PODCAST
Voir la page sur le site de Radio Campus Paris.

Bernard Villemot (1911-1989) est un des grand affichiste français de l’après guerre. Si il débute un petit peu avant 39-45 c’est surtout après la libération que sa carrière d’affichiste prend de l’ampleur pour devenir un des plus important producteur d’images de la rue. Avec mes invités nous évoquons son parcours artistique ainsi que son style riche et polymorphe où la peinture est l’élément primordiale.

MES INVITÉS:

Thierry Devinck
Conservateur chargé des affiches à la Bibliothèque Forney et commissaire de l’exposition “Villemot”.

Guillaume Villemot
Petit fils de Villemot et spécialiste de son œuvre.

Jérémie L’Hostis
Collectionneur d’affiches

- – - – -

1937

Tryptique de 1942

Affiche de la campagne de Mitterand en 1981

1945

Affiche de Savignac pour l’exposition “Publicité” – 1949

Maquette

1964

1970

1973

1977

1979

1980

1984

1982

1986

1989

- – - – -

Décembre 2012
Émission produite et réalisé par Yassine avec la collaboration d’Antoine Cadiou

- – - – -

Musiques

- Publicté Suze
- Publicité Banania

- Publicité Formica
- Francois de Roubaix – Publicité Lipp
- Michel Colombier – Publicité L’insolent – 1965

- Parole de lion – Publicité Crédit Lyonnais
- Richard Gotainer – Publicité Suze -

- Générique :  Kostas Bezos – Ta Aspra Poulia Sta Vouna (Grèce – 1936)

- – - – -

Yassine