Archive pour la catégorie 'Art folklorique'

L’INVITÉ DU MOIS : ICINORI – 3

Jeudi 13 octobre 2011

LES DESSINS INDIENS PAR RAPHAEL URWILLER

J’ai choisi de parler d’une jolie petite découverte, ces quelques carnets indiens. Pour la petite histoire, à la fin des guerres indiennes, entre 1860 et 1870, les survivants furent déportés et parqués dans des réserves où ils survécurent misérablement.

N’ayant plus de gibier, donc de cuir qui leur servaient de supports de fresques, ils investirent papiers, carnets, crayons de couleurs ou plumes que le personnel du fort leur échangeait ou fournissait en échange de dessins. D’origines diverses, parfois très vagues, offerts, échangés, achetés ou même réalisés sur commande, toujours conservé par des blancs, ces “ledgers” (registres en traduction directe) sont nés de la rencontre et des tensions entre les deux peuples.
Sur ces anciens carnets de comptabilité des forts ou cahiers d’écoliers, les auteurs, pour la plupart medecine-men, réalisent des dessins chamaniques, récits de rêves divinatoires, où s’incarnent monstres et esprits, mais illustrent aussi leur vie quotidienne et récits de combats.

Tout l’imaginaire classique du Far-West se retrouve consigné ici, duels, charges de cavalerie, camps de prisonniers, chasse au bison, chemin de fer, combats à mort ; ici cependant ils sont mis en scène par les témoins réels dans un dessin à la limite de l’art brut et du dessin d’enfant, un trait à la fois naif et ritualisé, sur des cahiers d’écolier – une retranscription simple et violente du far-west vu de l’intérieur.
Le trait, le jeu des couleurs, la composition sont incroyables.

Un site groupe une partie de ses carnets numérisée. Ici.

Raphaël Urwiller

Je rappelle pour mémoire un ancien post sur presque le même sujet ici

ANONYMOUS WORK

Samedi 15 janvier 2011

Ces images viennent d’Anonymous work. Un blog excellent qui comme son nom l’indique poste essentiellement des dessins, textiles, photographies et objets manufacturés qui sont réalisés par des personnes dont on ignore le nom. Une approche assez originale et qui pose la question de manière subtile de la frontière entre l’art, l’artisanat et le hobby.

Art brut, folklorique, populaire, traditionnel ou artisanat, on à la un panel de création d’époques diverses et variés. Ces objets sont trouvés sur des blogs mais aussi des sites d’enchères ou de marchands d’art. Un travail prospectif accompagné d’un certain flair qui donne une sélection hétéroclite et très personnelle .

anonymousworks.blogspot.com

Yassine

MY QSL

Vendredi 9 avril 2010

Ce site propose une collection géniale de cartes d’opérateurs de radios amateur. Ces petits objets graphiques entre art brut, dessins d’enfants et maquettes amateur sont vraiment fascinants. On sent la plupart du temps le plaisir que les gens ont eu à créer une image qui va les représenter. Il est vrai que la radio amateur est une activité souvent fantasmatique. Dans ces réseaux, derrière leurs postes, les gens s’inventent des pseudonymes et des histoires pas possibles. Ces cartes montrent bien cet état d’esprit, où l’on se crée une identité plus belle que dans la réalité.

Sa collection compte environ 150 000 pièces. Un chiffre vertigineux. Sur le site ou l’on peut en voir une partie, tout est classé par thèmes. On y trouve de tout : personnages de BD, animaux, démons, objets et nourriture humanisés, délires typographiques, collages photo, dessins de voiture … Les styles sont très variés mais toujours avec une touche très amateur. C’est ce qui en fait le charme.

J’ai dû sélectionner quelques cartes. C’est dommage, car c’est fascinant de se balader dans ces archives. On peut apprécier le phénomène dans son ensemble et y passer des heures sans peine, tant la collection est riche. Il en poste aussi très régulièrement sur flickr. On peut suivre ça donc de très près.

Son site myqsl.org
Sa page Flickr

Yassine

IMAGE DE LA SEMAINE – 053

Jeudi 8 octobre 2009

Image en papier découpé du début du XXème siècle. Je l’ai trouvé dans le très beau livre “Traditionnal Jewish papercuts” edité Par University press of New england

Yassine

DURGA BAI PAR ORELI

Mercredi 31 décembre 2008

Je l’ai découverte par hasard en achetant “Les animaux musiciens” à Otto, mon fils. J’avais vraiment été charmée par la couverture de ce bouquin, n’ayant pas eus le temps de lire l’histoire, je m’étais dis que même si l’histoire était naze, j’étais contente de l’avoir pour le travail illustratif… Mais finalement, l’histoire est très chouette… Les animaux prennent le dessus, et l’homme ne récolte que ce qu’il a semé… Bien fait!

Bref, je ne suis pas super inspirée parler de Durga Bai pendant des
heures, mais je pense que ce qui est à retenir de cette artiste Gond (aborigèbes de l’Inde) , c’est qu’elle puise son inspiration dans les peintures murales et traditions de sa tribu, elle met en scène la vie quotidienne et aime à ce que les relations entre hommes, animaux et nature soient harmonieuses, exactement ce que je désirerais le plus au monde, étant une amoureuse de la nature et bien evidemment des animaux et des hommes (les gentils bien sur!), elle nous transporte dans un autre univers et jonglent avec des thèmes comme la magie, les larmes, le courage, la victoire, l’injustice,…

Dans ses illustrations, elle fait ressurgir un vocabulaire graphique propre à sa tribu ! Ce que j’adore, c’est cette accumulation de points, ses personnages sont comme habillés de motifs. Cela me rappelle mes plus vieux boulots en noir et blanc, j’adorait bosser la trame et le motif. Cette dématérialisation en particules illustre apparemment la force spirituelle des esprits… Chez les Gond, leur présence se trouve principalement chez les êtres humains et les animaux de la forêt.

Elle illustre la douceur du monde tribal, qui malheureusement est de plus en plus menacé par une culture dominante et agressive. Il y a dans ses illus une naïveté enfantine , mais une volonté de faire passer un message pour un monde meilleur…

Oréli

Merci Oréli pour cette vision exotique.

Vous pouvez trouver2 livres de cette artiste chez Actes sud Junior.


- UN, DEUX, TROIS…DANS L’ARBRE
- LES ANIMAUX MUSICIENS
actes sud junior – 14,25 euros

Prochain invité : Emmanuel Kerner

IMAGE – 008 -LUBOK

Lundi 11 août 2008

Loubok
Pour en savoir plus

Yassine

IMAGE – 005

Lundi 14 juillet 2008

Un dessin inuit. Je ne connais pas l’artiste.

Yassine

PARACAS

Jeudi 12 juin 2008

du 1 avril au 14 juillet

Tout simplement une des plus belle exposition qui m’a été donné de voir.

Le quai Branly présente les vétements (manteaux, panchos, coiffes) brodés ou tissés qui enveloppaient les morts de cette civilisation péruvienne. Ces textiles vieux d’environ 2 millénaires on été retrouvés en excellent état puis restauré. C’est la première fois qu’on peut admirer ses trésors archéologiques à Paris.

Et le mot trésor est loin d’être usurpé. En dehors du coté précieux de ces objets, des pièces de broderie d’une grande finesse, j’ai éte frappé par leur aspect graphique ultra inventif. Des représentations de divinités zoomorphes au formes hybrides d’une étrange beauté s’imbriquent les unes dans les autres pour créer des motifs foisonnants.

Utilisant une gamme de couleurs fixe les brodeurs reproduisaient les mêmes éléments, mais en proposant une infinité de variations de raport colorés, faisant resortir ainsi différent aspect de ces motifs complexes. Sous l’aspect répetitif du textile se cache toutes ses combinaisons chromatiques qui confèrent a ses pièces de tissus millénaires une richesse pictural inouïe .

Ne ratez donc pas exposition exceptionnel. Une unique occasion de voir ses oeuvres sublimes ! !!Sinon il faudra aller au Pérou.

Musée du Quai Branly
37 quai Branly – Paris 7
M° Alma-Marceau
8.5 euros

www.quaibranly.fr

Yassine

BEAR’S HEART & CIE

Mardi 23 octobre 2007


Dessin de Bear’s heart

J’ai trouvé sur une brocante un livre consacré à Bear’s heart, un artiste cheyenne. On peut y voir des dessins qu’il a réalisé en 1876 durant une période de captivité. Des scènes de la vie quotidienne des indiens, ou de la vie des soldat américains qu’il a cotoyé pendant cette période y sont représenté.


Dessin de Bear’s heart

Je suis frappé par son art ingénu et enfantin d’une douce beauté. Ses composition maladroites souvent répétitives sont étonantes de simplicité et d’originalité.

Après quelques recherches je découvre qu’il existe toute une tradition graphique indienne. Prisonniers à Fort Marion en 1875, des cheyennse et des kiowas furent encouragés à produirent des dessins pour vendre aux touriste. Les 2 plus connus étant Bear’s heart et Tichkematse. Ces dessins souvent très beaux sont parmi les rares témoignages de cette civilisation avant l’arivée de l’homme blanc.

Dessin de Tichkematse

Un autre artiste kiowa intéressant est le dénommé Silver Horn.
Ces dessins ont été fait un peu aprés mais développe la même esthétique.


Dessin de Silver Horn

Les dessins des indiens de Fort Marion. Ici

Les dessins de Tichkematse. Ici

Les dessins de Silver horn. Ici et ici

Yassine