3 QUESTIONS À VINCENT PIANINA

Vincent Pianina a débuté en publiant ses BD dans le fanzine Arbitraire. Un Collectif qu’il a formé avec des amis étudiants de l’école Emile Cohl à Lyon et qui est toujours actif. C’est avec sa première BD ” 10 petits insectes ” qu’il a commencé à vraiment faire parler de lui. Son dessin tordu et simple, fantaisiste et plein d’énergie a marqué les esprits. Mais il est autant un auteur qu’un dessinateur et il prépare à l’heure actuelle de nombreux projets de livres et il s’apprête à sortir pas mal de choses dans les années à venir.

Il a publié début septembre son premier album jeunesse dans la collection tête de lard chez Thierry Magnier. Un livre simple, amusant ou il développe une certaine logique farfelu du dessin que j’aime beaucoup. J’ai voulu lui poser quelques questions sur la conception de ce livre insolite et très réussi.

1 ))) Comment as-tu procédé pour construire l’histoire de ce livre ? Es-tu parti de la tache ? As-tu d’abord cherché à savoir quelles images tu pouvais en tirer ?

Oui, j’ai d’abord fait la tache. Ensuite je l’ai copiée en plusieurs exemplaires et j’ai dessiné par dessus des choses différentes. Puis j’ai joué à les mettre dans un ordre pour raconter une histoire. Une fois que j’ai eu l’histoire, j’ai fait des dessins en plus.

2 ))) J’ai l’impression que ton approche graphique est très formaliste et en même temps très ludique. Tu crées un système dans lequel tu vas pouvoir t’amuser en créant des variations ?

Oui, ludique est bien le mot approprié ! Je déplore que la majorité des enfants s’arrêtent de dessiner très tôt. Ils sont rapidement influencés par l’idée toujours présente dans l’esprit général qu’un beau dessin est un dessin qui ressemble à la réalité. De ce fait, la majorité se sens nulle, et stoppe ce passe-temps peu gratifiant. C’est pourquoi je pense toujours mes personnages avec des formes simples. Pour qu’ils soient faciles à refaire. Je ne souhaite pas que les enfants mettent mes images à distance “c’est trop bien fait”, je cherche plus à les stimuler. Ce livre est avant tout un jeu : que peut-on voir dans une seule tache ?

3 ))) C’est ton premier livre “pour enfant” après deux BD “tout public”. Dans quel état d’esprit tu abordes ce genre de création ?

J’aborde ça dans un état d’esprit très libre. Je trouve que c’est moins pesant que la bande dessinée. Si on veut comparer, dans une bande dessinée il y a beaucoup de dessins différents par page, et il y a beaucoup de pages ! Ça fait rester très longtemps sur la même chose et ça fait dessiner tout petit. Faire un livre illustré me permet de rester un temps réduit dans un univers et de pouvoir faire des dessins plus gros. J’essaye alors de m’amuser formellement et de construire un récit simple et rigolo. Je continue à travailler sur des albums de bandes dessinées car j’aime beaucoup la narration visuelle et les dialogues. Mais comme c’est un processus très cadré où je dois garder un sytème sur un nombre conséquent de pages, je suis aussi en parallèle sur d’autres livres pour enfants, qui me laissent plus le champs libre.

La tache et les différents autres essais.

Les dessins autour de la tache

- – - – - – - – - – - – - – - – - – - – - – - – - – - – - – - – - – - – - -

Quelques autres images de sa production :

-

EN PISTE TACHE ! de Vincent Pianina
Thierry Magnier – 6,60 euros

vincentpianina.blogspot.fr

Yassine

Une réponse à “3 QUESTIONS À VINCENT PIANINA”

  1. Stéphanie Says:

    Je suis toujours aussi fan de ces livres, mais surtout de la personnes. Longue vie à toi…..