Archive pour octobre 2012

3 QUESTiONS À FP&CF

Jeudi 25 octobre 2012

J’inaugure une nouvelle rubrique, pas vraiment originale, mais qui va me permettre de faire des petits focus sur des gens qui m’intéresse tout particulièrement. À travers quelques questions je souhaite donner un aperçu de l’état d’esprit de certains acteurs à mon avis importants dans l’univers si vaste du dessin.

FP&CF

C’est une petite maison d’édition dirigée par Maxime Milanesi et Claire Schvartz. Ils publient de la photo, de la BD et du dessin. Au fil du temps leurs choix m’apparaissent comme parmi les plus intéressants de la sphère des éditeurs de fanzine. D’ailleurs ils ne se limitent pas au fanzinat mais considèrent tout naturellement que l’édition peut avoir de multiples formes. Ils ne s’imposent aucune limite, au contraire ils aiment varier les formes et les techniques d’impression même si leur technique de prédilection reste la risographie. Au final ils défendent une vision exigeante, curieuse et avant tout au service des artistes qu’ils publient.

Ils ont beaucoup de flair et publient souvent les fanzines que j’attendais. Comme ceux de “Faye Coral Johnson? ou de “Mike Redmond? et ce avant même que tout le monde en parle. Un autre bon exemple quand ils compilent  l’esprit si particulier de Paul Loubet dans le zine “Déjà un classique? qui porte si bien son nom. Paul Cabon, excellent dessinateur méconnu a fait l’objet d’un beau fanzine il y a déjà quelques années dans leurs collection “Buvard?. La bd “History of the flute? de Sammy Stein ou les deux zines de Stéphane Prigent le vétéran du fanzinat sont aussi de beaux objets, fait avec simplicité et rigueur .

Fanzine de Paul Loubet

QUESTiONS :

1 ))) Qu’est ce qui vous a donné envie de vous lancer dans ce projet d’édition ?

Nous avons toujours eu de l’intérêt pour l’édition, qu’il s’agisse de livres ou de magazines, mais l’idée de créer notre propre structure est venue assez tardivement. Lorsque nous étions lycéens à Rennes, nous suivions de près L’œil Électrique, magazine édité par une association et basé sur un principe de libre participation, les lecteurs étant aussi acteurs et co-créateurs de chaque numéro en envoyant leur propres textes, illustrations ou reportages. Cette idée de création commune et ouverte nous plaisait beaucoup, malheureusement, au moment où nous comptions vraiment nous investir dans l’association, L’Œil Électrique publiait sa une noire annonçant sa fin…

Quelques membres de l’association ont ensuite monté les Éditions Électriques, en publiant de très beaux livres comme l’excellent « Pékin 1966 » de Solange Brand. Un passage du magazine à l’édition d’art auquel nous étions sensibles.

En nous installant à Paris il y a presque dix ans, nous avons retrouvé cet esprit « désintéressé » dans le milieu du fanzine de dessin, en fréquentant notamment le collectif Modèle Puissance, Sammy Stein, le Monte-en-L’Air ou En Marge qui à l’époque tenait boutique à deux pas de chez nous. Nous avons découvert une véritable « scène française » avec des incontournables comme Kaugummi, Stéphane Prigent et Frédéric Magazine. Bien sur il y avait aussi Nieves, mais le prix exorbitant de ces fanzines photocopiés nous interdisait de vraiment nous y intéresser.

Plus qu’une influence, ces rencontres nous ont plutôt permis de penser notre propre manière d’envisager l’édition.

En plus, à cette époque nous étions davantage portés sur l’édition photo, et hormis le premier fanzine de “Je Suis Une Bande de Jeunes“, découvert par hasard dans une boutique du 11ème, peu de projets intéressants existaient. Du coup, voyant toutes ces choses se faire et ayant toujours eu l’envie de monter notre propre structure, nous avons décidé de lancer un fanzine de photographie en reprenant cette idée d’ouverture qui était inhérente au magazine l’Oeil Électrique.

En 2009, nous avons ouvert une galerie flickr, fais tourner un flyer et quelques mails et en septembre, au salon “Fais-le-toi-même” de Lille, nous présentions le premier numéro de “Tell mum everything is ok”.

Au fil des années et après avoir acquis une machine risograph, nous avons ouvert nos productions au dessin.

Fanzine de Kerozen aka Stéphane Prigent

2 ))) Vous publiez des fanzines, ce qui est un choix évident pour vous. Cette forme éditoriale a beaucoup évolué ces 10 dernières années. Quel regard vous portez sur la production actuelle au regard du passé et de quelle manière vous appréhendez cette pratique à titre personnel ?

C’est vrai que les choses ont changé depuis que nous avons créé FP&CF depuis 4 ans . Il y a à la fois davantage de productions mais paradoxalement moins d’intérêt pour le fanzine. Plus de productions car beaucoup d’artistes, d’étudiants, de photographes publient eux-mêmes leurs ouvrages, ce qui a bien entendu toujours existé, mais s’est largement répandu depuis 2010 ; et moins d’intérêt car l’offre pléthorique actuelle a banalisé cette forme éditoriale « alternative ». Bien sur, nous sommes nous-mêmes « nouveaux » dans ce milieu, et nous n’avons pas la prétention de porter un jugement sur l’évolution du fanzinat et de l’auto-édition en France, mais simplement en temps qu’acteurs de cette « scène », nous sommes aussi des observateurs curieux (et critiques).

Une production qui s’est donc récemment intensifiée mais qui ne rencontre pas (ou plus) la même estime qu’auparavant. On le voit par exemple avec l’émergence de toutes ces revues collectives qui tirent plus sur l’esthétique magazine (papier couché, impression offset, marquage, dorure, etc) que sur l’idée d’un fanzine photocopié et relié à la main. Il y a eu un glissement ces derniers temps et de manière générale les productions ont gagné en qualité de fabrication. Concrètement, il semble aujourd’hui plus évident de publier un livre qu’un fanzine. Une transition récente qui s’illustre notamment par le fait que certains éditeurs ont abandonné la conception de fanzines pour se consacrer à des livres plus ambitieux et plus chers à fabriquer, l’évolution de feu Kaugummi en est une bonne illustration.

Il y a bien sur et il y aura (sans doute) toujours des gens qui publieront des « fanzines », et nous ne prétendons pas que cette forme soit désuet ou dépassée, nous observons simplement que la croyance en terme d’édition a évolué pour tendre vers des formes plus conventionnelles. On parle aujourd’hui davantage « d’auto-édition » que d’un mouvement lié au fanzine.

En ce qui nous concerne, publier des fanzines revient surtout à travailler en commun avec un artiste. Plus qu’un « fanzine » c’est véritablement un petit livre que nous essayons d’éditer, avec le peu de budget et de moyens dont nous disposons. La rigueur est la même pour chaque projet, qu’il s’agisse d’un livre de photographie en offset ou d’un livret A5 au riso, on essaie et on adapte les techniques d’impression, de reliure et on recherche la meilleure référence de papier.
Éditer un zine, c’est aussi permettre à un artiste de voir son travail sous la forme d’une édition, ce qui assure la diffusion de son travail hors d’internet et des sites spécialisés.

C’est aussi pour ça que l’on ne publie pas beaucoup de zines chaque année, on préfère prendre notre temps et consacrer les budgets nécessaires pour chaque projet, à la différence peut être d’autres éditeurs qui se contentent de compiler les travaux d’artistes en leur offrant 8 feuilles A4 photocopiées et reliés en piqûre à cheval.

En somme, faire un zine c’est d’abord rencontrer et travailler avec un artiste. Mais c’est aussi publier un travail sous la forme d’une édition réalisée à la main et à un prix abordable.


Fanzine de Faye Coral Johnson

3 ))) Vous avez publier un zine consacré à Faye Coral Johnson et tout récemment un consacré à Mike Redmond. Ces deux dessinateurs semblent tout les deux issus d’une nouvelle scène graphique anglaise à laquelle vous semblez porter de l’intérêt. Pouvez vous nous en dire plus ?

Nous avons découvert le travail de Faye sur Flickr et avons aussitôt accroché avec son style si particulier. L’idée de travailler sur un fanzine était alors évidente tant son dessin se prête justement à une impression sur papier. L’histoire se répète ensuite avec Mike lorsque nous découvrons sa série “Moving towards going away ‘blueshift – redshift” qu’il a présenté pour son diplôme au Royal College de Londres. C’est davantage une sensibilité personnelle pour le travail de ces deux artistes qui nous a poussé à les contacter que l’intérêt pour une « école » ou une scène spécifique. Faye et Mike partagent un style graphique proche qui nous plait.

Nous aimons publier les fanzines que les autres ne publient pas. En général, nous ne travaillons pas avec les artistes qui ont été publiés par d’autres structures proches de la notre, et nous aimons également entretenir l’idée d’une certaine fidélité dans le travail. Si un dessinateur fait un zine avec nous, nous essaierons toujours de travailler sur un autre projet avec lui dans le futur. Il ne s’agit pas de main mise mais plutôt d’une envie de construire une relation artistique dans la durée.

-


Fanzine de Mike Redmond

Retrouvez (et achetez) les production de FP&CF sur leur site.

editionsfpcf.com

Yassine

BLEXBOLEX

Mercredi 24 octobre 2012

Arts factory a eu la bonne idée de montrer 20 ans de création de cet artiste majeur dans le champ de arts graphiques. Pas la peine d’en rajouter vous savez que j’apprécie beaucoup son travail. Je précise juste que c’est évidemment intéressant de voir ses originaux et aussi que c’est très appréciable de voir autant d’œuvre réunies en une seule fois.

Je profite de cette expo pour rappeler l’émission que j’ai enregistrer avec lui. Blexbolex parle très bien de son travail. Ses propos sont très éclairants.

LE GRATIN – 00 – Blexbolex

Télécharger le podcast
Et si vous en voulez toujours plus voici deux autres interviews intéressantes

Une récente sur le site de Chronicart

Et une orienté “ligne claire” réalisée il y 4 ans sur le blog Klare Lijn

Yassine

VIDÉO – 010 – GRIBOUILLE

Lundi 22 octobre 2012

[youtube sve9B5pvGC4]

Gribouille
- – - – - – - – - – - – - – - – - – - – - – - – -
- Réalisé par Denis Dugas
- {1978 – France} -

Deuxième petit film consacré au dessin “live” ou comment rendre intéressant l’acte de dessiner.

Ce mini programme faisait parti des nombreux petits films d’animation, souvent étonnants, qui venaient s’intercaler au milieu de l’histoire principale de Casimir dans “L’île aux enfants”. Une émission télé des années 70. J’aime ce personnage tordus et sa façon bizarre de bouger. Et cette approche du dessin où tout est possible, on sait jamais ce que ça va devenir, ce qu’il va dessiner. Le dessin devient un sujet d’émerveillement. On es très proche de l’esprit Du “Chalk talk”.

Plus de vidéos de Gribouille .

La page wikipédia de son créateur Denis Duga.

Yassine

FANZINES !

Vendredi 19 octobre 2012

du 18 octobre au 4 novembre

hebergeur d'image

6 expositions, 2 lieux d’exposition, 1 fête, 1 salon de la micro édition, des ateliers et des rencontres. Pensé et organisé par le collectif “Papier gaché”, ce festival ambitieux, fait avec peu des moyens est un modèle. Et montre ce qu’on peut faire avec quelques bonnes idées et beaucoup de bonne volonté. Je vous encourage donc a prendre le temps de consulter le programme sur leur site.

Il expose en même temps un illustrateur russe des années 3O, mais aussi un collectif norvégien qui compte tout ce qui se fait d’intéressant en bd dans ce pays. Une expo d’un jeune auteur qui fait des dessins sur de post it. Qualité et variété pour parler comme une réclame. Sans parler du gros morceau l’expo qui regroupe environ 4OO fanzines qui viennent du monde entier plus des dessins originaux extrait de certaines de ces productions. Bref un rendez vous immanquables pour les amateurs d’images et pour ce qui ont soif de nouvelle découvertes. J’essaierai de vous reparler des autres événements durant cette semaine.

Ce soir a lieu l’inauguration à la médiathèque marguerite duras. Venez nombreux.

18 octobre – 4 novembre

Médiathèque Marguerite Duras
115 rue de Bagnolet – Paris 20
M° : Alexandre Dumas

fanzines.papiergache.net

papiergache.net

Yassine

BD – 26 – KYLE PLATTS

Jeudi 18 octobre 2012

Ce jeune auteur anglais vient de sortir un comix vraiment pas mal chez Nobrow. Même si on perçoit encore les influences de Johnny Ryan et Andy Rementer, (Deux auteurs de bd mal connu en France) un univers personnel se dessine. Il s’agit d’un recueil d’histoires courtes à l’humour caustique et absurde. Le tout est servie par un trait intéressant. Il y a un coté grouillant dans son dessin qui fonctionne bien avec ses récits tordus. Aussi, car on s’en rend pas bien compte à l’écran; il a un sens de la couleur assez personnel. Le livre est imprimé en ton direct fluo. Ça crée la sensation d’un monde contemporain un peu contaminé. Comme si tout et tout le monde avait été irradié. Bref un livre simple, direct et bien édité.

MEGASKULL de Kyle Platts
Nobrow – 10,95 euros

www.kyleplatts.com

Yassine

IMAGE – 170 – HERVÉ DI ROSA

Mercredi 10 octobre 2012

Arts factory propose une exposition intéressante consacrée à la production graphique de Hervé Di Rosa. On peut y voir ses BD, des affiches d’exposition, des sérigraphies, etc. C’est un artiste qui essaye tout le temps des choses très différentes. Et même si je suis loin de tout aimer dans l’expo, j’apprécie de voir un travail aussi spontané, prêt à explorer tout sortes de pistes graphiques sans se soucier d’aucune convenance. C’est très décomplexé et donc assez réjouissant.

Cette exposition accompagne la sortie d’un livre dédié à tout le travail imprimé de l’artiste.

Galerie Lavignes-Bastille
27 rue de Charonne – Paris 11
Métro : Ledru-Rollin

artsfactory.net

Di ROSA GRAPHiC
co-édition Fage et angel art servanin – 35 euros

Yassine

LE GRATiN – 09 – DELPHiNE DURAND & ANOUK RiCARD – PODCAST

Lundi 8 octobre 2012


Dessin d’Anouk Ricard


Télécharger le podcast

Yassine

LE GRATiN – 09 – ANOUK RiCARD & DELPHiNE DURAND

Dimanche 7 octobre 2012

Dessin de Delphine Durand

Le gratin est de retour après la trêve estivale. Cette première émission aurait du être la dernière de la saison 2011- 2012. Ce fut impossible suite à mon emploi du temps un peu trop chargé. Elle a été enregistrée en Juin 2012. C’est pourquoi il n’est pas fait mention d’ouvrages plus récents.

MES iNViTÉES :

DELPHiNE DURAND

Véritable star de l’édition jeunesse. Cette illustratrice a commencé à faire des livres pour enfants à la fin des années 90. Elle signe dès le début de sa carrière un best-seller “Zazie a-t-elle un zizi”. C’est depuis une des figures marquantes du renouveau de l’illustration jeunesse des années 2000 jusqu’à aujourd’hui. Naviguant entre commandes et projets personnels, elle développe toujours un univers riche et bourré de fantaisie. Derrière l’évidente simplicité du dessin, ses images ont un coté universel. Elle sait faire naître des émotions directes à travers ses personnages.

ANOUK RiCARD

Elle s’est fait connaître à la fin des années 90 avec ses illustrations et des livres jeunesse qui se démarquent très nettement de la production de l’époque, grâce à un ton décalé et un dessin naïf et plein de charme. Au milieu des années 2000 elle débarque dans le monde de la BD avec un style très abouti, dès le début. Elle ne cessera d’enchainer les productions de qualité. C’est désormais une des auteurs parmi les plus passionnants de la BD contemporaine. Chaque nouvelle parution d’Anouk Ricard est un évènement.

Anouk Ricard et Delphine Durand sont des amies très proches. Complices dans la création mais cultivant chacune leur singularité. On revient donc sur le parcours aux nombreux points communs de ces 2 créatrices de premier plan.

- – - – - – - – - – - – - – - – - – - – - – - – - – - – - – - – - – - – - – -

DELPHiNE DURAND

Les carnets de Delphine Durand

Pages extraites de Bob & Cie

BiBLiOGRAPHIE SÉLECTiVE


MADEMOiSELLE ZAZiE A-T-ELLE UN ZIZI ?
Puis 7 autres histoires
Avec Thierry Lenain – Nathan – Depuis 1998


MA MAISON
Éditions du Rouergue – 2000

BOB ET CIE
Éditions du Rouergue – 2004

LE PÈRE NOËL NE PASSERA PAS !
Avec Ramona Badescu – Belem – 2005

GROS LAPiN
Avec Ramona Badescu – Naïve – 2007

MA TATA , MON PINGOUIN, GÉRARD ET LES AUTRES …
Avec Francois Hadji-Lazaro – Milan – 2011

Plus d’images et d’infos :

delphinedurand.blogspot.fr

- – - – - – - – - – - – - – - – - – - – - – - – - – - – - – - – - – - – - – -

ANOUK RiCARD

BiBLiOGRAPHiE SÉLECTiVE

LES AVENTURES DE PAFY, POULY, CATTY, BLATTY
Éditions du Rouergue – 1999

VOiSiN VOiSiNE
Avec José Parrondo – Éditions du Rouergue – 2000

ALBUM DE FAMiLLE
Éditions du Rouergue – 2006

ANNA &FROGA – 5 TOMES
Sarbacane – Depuis 2007

COMMISAIRE TOUMI
Sarbacane  – 2008

COUCOUS BOUZON
Gallimard – 2011

POÈMES DE TERRE
Avec Olivier Douzou – Éditions du Rouergue – 2012

FAITS DIVERS
Cornélius – 2012

Plus d’images et d’infos :

anoukricard.blogspot.fr

- – -



Octobre 2012 / Enregistré en Juin 2012 


Émission produite et réalisé par Yassine avec l’aide de Corentin.



- – -

Musiques


- Générique : Kostas Bezos – Ta Aspra Poulia Sta Vouna (Grèce – 1936)



- Barbapapa rock (France – 1974)



- Modesty et Pipounet – Un petit chien extraordinaire (France – 1985) 



- François Hadji-Lazaro – L’éboueur (France – 2011)


Yassine

VIDÉO – 009 – CHALK TALK

Samedi 6 octobre 2012

[youtube rYDmH2B9XJw]

The enchanted Drawing
- – - – - – - – - – - – - – - – - – - – - – - – -
- Réalisé par J. Stuart Blackton
- {1900 – Usa} -

Première vidéo d’une série consacrée au dessin en live ou comment mettre en scène l’acte de dessiner.

Le “chalk Talk” (speach avec une craie) est un numéro qui apparaissait dans les vaudeville show américains. Le performer dessine et parle en même temps. Les traits tracés à la craie peuvent être effacés et redessinés très facilement. Le dessin se transforme ainsi au fur et a mesure de l’histoire. Une technique méconnu en France et sans doute un peu oublié bien qu’elle exite toujours au Ètats unis. Ce film combine ce numéro avec quelques effets spéciaux primitifs du début du cinéma. Un film plein d’imagination que j’aime beaucoup.

Plus d’info sur le Chalk talk sur cette page Wikipedia
C’est en anglais.

Yassine

BD – 25 – ANOUK RICARD

Jeudi 4 octobre 2012

Une BD extraite d’un des meilleurs album de cette rentée : Il s’agit du nouvel opus d’Anouk Ricard qui reprend les strips qu’elle avait déjà dessiné pour la revue “Le tigre” plus quelques autres fait exprès et aussi quelques dessins. Tout les histoires ou images sont basés sur des fait divers qu’elle trouve dans la presse régionale. A partir de là elle invente une histoire loufoque. Comme toujours avec elle les personnages sont névrosés et maladroit ce qui donne lieu a des situations aussi drôle qu’absurde avec souvent une issue tragique. Un album original et personnel qui prouve une fois encore le talent d’Anouk Ricard. A ne pas manquer.

FAITS DIVERS d’Anouk Ricard
Cornélius – 11 euros

Plus d’info sur le site de Cornélius

Yassine