Archive pour décembre 2009

L’INVITÉ DU MOIS 11 : SISH TICK

Jeudi 31 décembre 2009

J’avais déjà évoqué le travail de ce jeune dessinateur belge il y a a peu près 2 ans. J’y reviens et j’en profite pour lui demander de parler d’images. Car je sais qu’il a regard aussi décalé qu’affuté.

Sish-Tick est un dessinateur en quête d’intensité. Il mélange traits, motifs, dégradés, trames, taches, éclaboussures pour créer des images outrancières et flashy Il remplit l’espace, le sature, le salit. Une expressivité radicale qui néglige le beau au profit de l’audace. Dessiner est pour lui un acte physique, primitif. Ses images ressemblent à celles d’un enfant hyper actif surexposé à des images violentes. Il régurgite sa vision du monde par de grandes décharges de créativité jetées sur le papier. Entre fluo et trash, un art frénétique qui reflète bien l’aliénation de notre monde, où surconsommation et culte du corps sont de nouvelles religions.

Son art n’est pas sérieux, il se moque de tout et ne respecte rien. Il s’amuse sans limite : un esprit volontairement immature et transgresif qui rappelle les images de l’artiste Moolinex ou du peintre Hornsleth

Il expérimente à tout-va : ordinateur, aquarelle, encres, collage, sérigraphie, happenings… Récemment, il s’est mis à peindre sur des toiles. Quel que soit le médium, on retrouve la même frénésie, ces effet stroboscopiques, ses personnages épileptiques et la palette multicolore qui le caractérise. Son univers est radical et explosif, violent et joyeux à la fois : il oscille avec subtilité entre le beau et le moche. Un art du mauvais goût expressionniste jouissif pour les amateurs d’images déviantes.

Et je lui laisse le mot de la fin.

« Les bodybuilders voudraient être considérés comme des artistes, mais au fond, ne serait-ce pas aux artistes de se considérer comme des bodybuilders. »”

Sish-tick fumant un Poulycroc

Sa page Flickr ic

Yassine

LES LIVRES DE COLORIAGES À 1€ PAR SISH-TICK

Jeudi 31 décembre 2009

Dans un monde où la consommation est reine, la médiocrité devient valeur en soi et arnaque rime avec joie.

• C’est pas cher et c’est merdique…’’
• Pas grave… Quand il n’y en a plus il y en a encore !

Bienvenue dans l’ère du ‘‘Discount’’ qui connaît comme seules lois l’Efficacité et la Quantité. Fasciné par cette logique consumériste à l’extrême, j’ai entrepris depuis quelques années d’amasser un maximum d’objets véhiculant cette immédiateté périssable. Parmi ceux-ci, j’ai choisi de vous en présenter un qui entre chouettement dans la thématique du blog, les livres de coloriages à 1€.

Ces livres fabuleux sont parfaitement représentatifs de l’esprit ‘Discount’. On y réinterprète tout et n’importe quoi, n’importe comment, sans aucune logique ni retenue. On bourre et on bâcle, de la sélection des dessins à leur reproduction, et jusqu’à leur impression. Ce manque de retenue affichée constitue à mes yeux un objet d’art ultime.

Cette œuvre ouverte, sans messages, repoussante et attirante, est l’icône par excellence du ‘monstre culturo-industriel-globalisant’ qui nous entoure et nous digère jour après jour. La Logique est poussée ici à l’extrême. C’est de l’ ‘‘art Brut industriel’’ sur papier recyclé.

De plus, c’est la notion même d’origine qui est remise ici en cause. Sans doute produits à l’arraché par des enfants « enlevés dès la naissance et mis en esclavage dans les mines à charbon d’un état totalitaire ultra-libéral », on se demande qui a choisi, ‘reproduit’, imprimé ces ‘coloriages’ sans fond, sans but éducatif, sans liens entre eux, … Des dessins juste coloriables. Des dessins anonymes, totalement désincarnés et transformés par la machine industrielle.

Et puis, dédiés avant tout aux enfants, quoi de plus gratifiant que d’offrir, de ses propres mains, un de ces joyaux méconnus à un bambin encore aveuglé par la naïveté de son jeune âge , et de lui apprendre LA grande leçon de vie qui le guidera jusqu’au tombeau : « Faut bouffer de la merde, et aimer ça ».

Sish-tick

Merci ! Désormais on regardera ses livres de coloriages d’un autre œil.

Prochaine invité Lili Scratchy, pour de bon cette fois ci.

IMAGE DE LA SEMAINE – 061

Lundi 28 décembre 2009

Une pochette aussi superbe qu’inattendue, dessinée par Herbert Léonard lui même. Je l’ai trouvée dans le beau catalogue de l’expo “Art nouveau revival” au musée d’Orsay.

ART NOUVEAU REVIVAL
2O octobre – 4 février
Musée d’Orsay

Yassine

ERIC WAREHEIM

Jeudi 24 décembre 2009


Images extraites du clip Keep it going Louder de Major Lazer

Je n’avais pas été autant marqué par l’univers d’un réalisateur de clip depuis Chris Cunningham, . Eric Wareheim se complait avec délectation dans le mauvais goût mixant effets vidéos façon années 80, 3D et chorégraphies débiles. C’est Flashy, Trash et très très fun.


Images extraites du clip She’s got me dancing de Tommy Sparks

IL aime exagérer la vulgarité des clips commerciaux. Remplaçant les pin-ups R’n’B par des filles au proportions plus imposantes. Les effets hi-tech se transforment en effets cheap : 3D et lasers façon Tron. Le tout est traité avec une grande désinvolture. dans un esprit collage très contemporain. L’humour est omniprésent. C’est bariolé mais il n’en fait jamais trop. Il ajoute sans cesse des idées folles plutôt que de procédé à une surenchère d’éléments sur l’écran, ce qui serait stérile.


Images extraites du clip Parisian Goldfish de Flying Lotus

Le clip qui m’as le plus marqué et celui de Flying lotus. Il montre ce que n’importe quel clip se contente de suggérer. Il carricature jusqu’à l’outrance le fantasme commun des vidéos MTV. Allant jusqu’au bout il montre l’accouplement de 2 danseurs filmés sur des fonds graphiques. On se situe à mi-chemin entre la vidéo sortie d’une école d’art et un clip tropical, vulgaire et cheap. Un sommet dans l’art du vidéo clip.

Allez voir ses clips sur sa page vimeo
Et la version non censurée du clip de flying lotus ici.

Merci à Laurent Hart pour le tuyaux

Yassine

POSTICS

Mardi 22 décembre 2009


Pendant plus d’un an le dessinateur japonais Postics a tenu un blog où il
postait chaque jour un petit dessin minimaliste. Une série d’œuvres plus intimistes : Des visions étranges issues de ses rêves.

Ses images modestes sont un peu comme une respiration dans son travail. Elles sont à l’opposé de ses murs de coloriage dans lesquels il s’amuse à saturer l’espace d’éléments fantaisistes.

Des compositions simples sur un large fond blanc où chaque éléments est pensé. Des images directes bien que souvent absurdes. Ils s’en dégagent une poésie qui me touche. Il y a quelques chose d’émotionnel, de fort que j’ai du mal a définir.

Un livre qui compile les meilleurs dessins de ce projet devrait paraître en janvier chez En Marge.

Le blog ici.

Yassine

IMAGE DE LA SEMAINE – 060

Lundi 21 décembre 2009

Décidément j’adore le travail de Paul Loubet. Il n’arrête de me surprendre.

Yassine

MONTREUIL 2009

Jeudi 17 décembre 2009

MONTREUIL 2009

Oups ! J’ai complètement oublié de parler de Montreuil cette année. Pas très grave, rien de bien intéressant à signaler, hélas. Le festival pour ces 20 ans fait preuve du manque d’imagination qu’on lui connaît. J’ai bien rigolé avec l’affiche de cette année. Ca me rappelle les début de la 3d. On se croirait à Imagina dans les années 80.

A signaler tout de même que c’est L’excellente Kitty Crowther qui remporte le prix Baobab cette année pour son livre Annie du lac. Un prix mérité pour une des grandes noms de l’édition jeunesse.

Annie du Lac de Kitty Crowther
Pastel – 12,50 euros

Yassine

IMAGE DE LA SEMAINE – 059

Mardi 1 décembre 2009

Patchs militaires trouvés, entre autres belles choses, dans le catalogue de l’expo “Sur le fil”.

SUR LE FIL – Déviances textiles
Editions Invenit – 17 euros

Yassine